Alors qu'elle vient officiellement d'annoncer sa transition à l'international en recrutant l'ancien trio d'Astralis, la Team Vitality réalise un véritable virage à 180° qui va la mener vers de nouveaux défis qu'il faudra absolument relever pour ne pas faire de sortie de piste.

Quatre challenges à valider

En 2022 la Team Vitality ce sera du smørrebrød sur une baguette, un mélange que peu de personne dans le monde ont dû essayer mais qui pourrait bien s'avérer savoureux. Tout le secret sera dans la préparation, or pour y parvenir la cuisine de la structure va devoir composer avec une nouvelle culture, de nouveaux cadres et communiquer dans une autre langue que le français. C'est loin d'être mission impossible, toutefois il y aura plusieurs étapes à franchir pour que la recette soit couronnée de succès. Alors voyons ensemble tout ce cheminement qui permettra dans un avenir proche au club de remporter son premier Major, et les principaux défis auxquels l'organisation va devoir se confronter.

La communication :

C'est certainement la première chose à laquelle tous les supporters et suiveurs de la scène pensent, pourtant ça ne sera peut-être pas la plus compliquée. Après avoir été entièrement française depuis sa création fin 2018, la section Counter-Strike: Global Offensive va désormais parler en anglais. On a appris que l'entraîneur Danny "zonic" Sørensen souhaitait se mettre au français, il possède déjà des bases dans la langue de Molière et aurait adhéré à un programme avec quatre leçons hebdomadaires. Toutefois c'est un choix personnel qu'il fait et absolument pas une requête de la structure, d'ailleurs ses deux compatriotes Peter "dupreeh" Rasmussen et Emil "Magisk" Reif n'ont pas annoncé vouloir eux aussi suivre cette voie. En revanche du côté des Français eux avaient déjà suivi des cours d'anglais depuis longtemps et ils sont normalement prêts pour la transition dans la langue d'un autre écrivain célèbre : Shakespeare.


L'importance des échanges verbaux (c) HLTV

Les différents entretiens réalisés depuis l'officialisation de l'équipe nous apprennent que si la langue principale sera effectivement l'anglais, une intégration du français sera également faite comme par exemple le fameux « ça part » d'une grenade que vraisemblablement les Danois maîtrisent déjà. Ce premier défi a donc selon toute vraisemblance déjà été anticipé en amont par Vitality, cela n'empêche qu'ils ne sont pas à l’abri d'une erreur. La plus célèbre et la plus ancienne demeure l'iconique « porta » lors de la CPL Barcelone 2005. A l'époque le capitaine était le Norvégien Ola "elemeNt" Moum qui venait de rejoindre les Brésiliens de Made in Brazil, sauf qu'il ne parlait pas un mot de portugais et qu'en plein match dans un round capital (le score était alors de 15-14 pour NiP sur Dust2), son coéquipier Rafael "pava" Pavanelli lui annonça le dernier ennemi à la porte en B et, le Norvégien ne comprenant pas, regardera la lucarne ce qui entraînera la défaite. Cette anecdote peut prêter à sourire mais elle est symptomatique des problèmes que l'on peut rencontrer dans la compréhension d'une action, sachant que la communication chez les MIBR à l'époque devait se faire en anglais mais qu'instinctivement c'est la langue maternelle de pava qui avait pris le dessus.

Toute la difficulté ici sera donc de maintenir une communication compréhensible par chacun, or seul Emil "Magisk" Reif déjà une expérience au sein d'un effectif international, c'était chez OpTic Gaming pendant six mois en 2017. Les autres, même s'ils communiquent déjà régulièrement en anglais, n'ont pour autant jamais connu ces conditions et cela nécessitera forcément un temps d'adaptation. Quand on sait que déjà en français certains avaient dû se forcer pour échanger davantage d'informations, on souhaite qu'il ne faudra pas reprendre tout ce travail depuis le début.

L'encadrement :

Les joueurs ne sont pas seuls à devoir faire l'effort de parler une autre langue, l'entraîneur adjoint Mathieu "MaT" Leber et le manager Matthieu Péché vont également devoir le faire. Pour eux ce sera beaucoup moins un problème, en revanche là où les choses pourraient coincer c'est surtout sur l'aspect culturel. Dans la relation entre MaT et zonic toute la difficulté sera de s'enrichir de l'expérience et de la vision qu'ont l'un et l'autre du jeu. On sait que la manière d'aborder les matchs, de les analyser, de les préparer, de s'entraîner et tout simplement de les jouer n'est pas la même d'un pays à l'autre. De ce côté-là on ne s'inquiète pas spécialement, les deux personnalités se connaissent pour s'être affrontées à l'époque où ils étaient joueurs sur Counter-Strike 1.6 et ils devraient rapidement trouver leurs marques.

En revanche du côté de la performance Matthieu Péché va désormais devoir travailler aux côtés de Lars Christian Robl. L'ancien chef du département performance chez Astralis est en effet également du voyage en France et là, les méthodes risquent d'être très différentes. Car tandis que Matthieu a été un athlète confirmé pendant plus de 15 ans au canoë-kayak, il va devoir se confronter au directeur des sports de l'équipe nationale de natation danoise. Or le manager de Vitality depuis plus de deux ans maintenant a mis en place des méthodes qui lui sont propres. N'ayant pas suivi de cursus à l'INSEP (institut national du sport, de l'expertise et de la performance) quand il était jeune par exemple, il va devoir composer avec une personne dont la vie a été consacrée à l'encadrement. De plus Matthieu était sportif pour la SNCF et non pas l'armée, tout le contraire d'un Lars Christian Robl qui y a passé 25 ans dont 20 dans les forces spéciales. La relation entre les deux sera pourtant primordiale tant leur passé et leurs compétences propres peuvent être complémentaires. Toutefois rien ne dit aujourd'hui que la symbiose sera bonne entre les deux personnalités, chacun possédant un caractère bien trempé.

Cette fois encore le mélange réalisé par la Team Vitality sur le papier est presque parfait, chacun des profiles semblant totalement complémentaire. Reste à voir maintenant l'application des consignes et la relation humaine qu'auront ces nouveaux membres de l'encadrement. Le trio Rémy "XTQZZZ" Quoniam, Mathieu "MaT" Leber et Matthieu Péché avait été une pleine réussite mais ce n'est malheureusement pas le cas à tous les coups et énormément de structures ont connu des difficultés lors de ce type de mise en place. Des ajustements ont même régulièrement dû intervenir, le cas le plus parlant étant peut-être celui de ENCE qui a connu une totale crise dans la préparation de son équipe entraînant une succession de départs et d'arrivées.

Magisk et dupreeh :

Si, comme Fabien "Neo" Devide l'a rappelé, Emil "Magisk" Reif et Peter "dupreeh" Rasmussen n'ont pas connu d’interruption dans leur carrière suite à des problèmes de surmenage ou autres soucis personnels, il n'en demeure pas moins que la saison 2021 a été la plus mauvaise de leurs carrières respectives statistiquement. Le premier termine l'année avec un rating de 0,99 sur 128 cartes disputées, tandis que le second est à 1,04 pour autant de matchs. Or jamais ils n'avaient été aussi bas depuis leurs débuts, il s'agira donc de voir si cela n'était qu'une passade en lien avec les difficultés que rencontrait leur précédent club ou bien s'il s'agit plutôt d'une tendance plus générale de baisse de performances. Les deux joueurs ne devraient d'ailleurs pas, sauf énorme surprise, fait partie du top 20 mondial publié par HLTV.org et cela sera une première pour eux depuis qu'ils avaient rejoint Astralis.


dupreeh, Magisk et zonic (c) Astralis

Afin de les aider à retrouver leurs sensations le nouveau département performance et la qualité de leur intégration seront donc des éléments primordiaux à leur renaissance. Toutefois en l'état actuel des choses rien ne dit que cela sera nécessairement une réussite, ni qu'ils parviendront à redevenir les joueurs dominants qu'ils avaient pu être entre 2018 et 2020. Les capacités intrinsèques sont bel et bien présentes, toutefois la concurrence et l'avènement de nouveaux talents sont également des éléments à prendre en compte. Les pertes de niveau et de motivation sont légion parmi les joueurs, on pourrait citer le Russe Egor "flamie" Vasilyev ou bien encore le Slovaque Ladislav "GuardiaN" Kovács qui sont bien loin aujourd'hui d'être les monstres qu'ils ont pu être par le passé. Bien souvent les anciennes gloires n'ont pas retrouvé leur lustre d’antan et ont dû descendre d'une catégorie, voir évoluer dans leur rôle pour continuer de se maintenir au plus haut niveau.

La Team Vitality avait déjà été confrontée à ces difficultés, elle avait notamment choisi de se séparer de Cédric "RpK" Guipouy en 2021 pour ces raisons, et les dirigeants s'étaient alors penchés sur le recrutement d'un jeune afin de redynamiser le groupe. La place de Richard "shox" Papillon aussi n'était plus celle du monstre de skill qu'il avait pu être plus jeune, il avait toutefois su transitionner pour aider justement les jeunes de son équipe à se révéler. Est-ce que les deux danois ont été recrutés dans cette optique ou bien l'équipe compte-t-elle sur le regain de motivation d'un nouveau projet afin de les aider à redevenir les murs qu'ils ont pu être par le passé ? La question se pose.

Le cas misutaaa :

Il n'a que 18 ans et la saison 2021, malgré toutes les difficultés rencontrées lors de la première partie de l'année, aura été celle de la confirmation du potentiel gigantesque qu'il possède. De l’aveu même du président et co-fondateur de la Team Vitality Kévin "misutaaa" Rabier est aujourd'hui la pierre angulaire des succès futurs du groupe. Personne ne s'inquiète du niveau de performance d'un Mathieu "ZywOo" Herbaut qui semble imperméable aux changements, même si le départ de Cédric "RpK" Guipouy l'avait marqué et que cela se voyait sur les serveurs. En revanche en ce qui concerne Kévin, lui qui était particulièrement proche de Richard "shox" Papillon qui était devenu son mentor, il va falloir désormais voler de ses propres ailes. Saura-t-il d'ores et déjà appliquer tout ce qu'il a appris, communiquer davantage et devenir un véritable leader ? Son rôle va évoluer en tout cas, il va désormais devoir prendre davantage de place dans l'équipe et s'imposer comme étant la seconde arme de destruction massive du collectif.


misutaaa et shox un binôme qui se sépare (c) Vitality

Au cours de l'année dernière c'est le joueur qui a le plus progressé dans l'effectif, toutefois il lui reste encore beaucoup de lacunes à combler avant de pouvoir prétendre à une place dans le top 20 mondial par exemple. Que ce soit dans sa précision, son impact, ses placements, son intelligence de jeu et tout simplement sa prise de risques, il a encore une marge de progression énorme. Joueur discret qui se sentait peut-être écrasé par le fait de jouer entouré de légendes du jeu, aujourd'hui c'est à lui de reprendre le flambeau et de prouver à tous que lui aussi à les facultés pour en devenir une à son tour.

Si la Team Vitality parvient à relever ces quatre défis principaux elle possédera toutes les clés pour s'imposer en 2022. Il y aura forcément un temps d'adaptation pour tout le monde, toutefois cette période d'observation demeurera extrêmement courte tant les investissements consentis et la pression seront au rendez-vous dès leurs premières sorties officielles. Encore une fois les exemples d'échecs dans ce type de pari sont plus nombreux que les réussites, le dernier en date étant certainement celui du transfert de Nicolai "dev1ce" Reedtz chez les Ninjas in Pyjamas qui, sur le papier, semblait être une excellente idée et qui dans la pratique s'est frotté à des difficultés qui n'avaient pas ou pu être anticipées. Contrairement aux NiP les abeilles ont choisi des joueurs qui ne viendront pas vivre en France et qui ne parlent pas la même langue, augmentant par la même occasion leur prise de risques. Sauront-ils mieux gérer ce virage que la plupart de leurs concurrents ? G2 Esports a pas mal tâtonné lorsque l'écurie a décidé de franchir le palier de l'international (et ils n'ont toujours pas fini de s'ajuster), FaZe Clan également et tant d'autres. Vitality semble en tout cas avoir la pleine conscience de ces difficultés à venir et souhaiter travailler en amont le plus possible pour éviter de renouveler les erreurs du passé. A voir si grâce à toutes ces précautions le virage sera pris en toute sécurité, dans tous les cas désormais l'équipe navigue en partie vers l'inconnue.

Composition Team Vitality

  •  Mathieu "ZywOo" Herbaut
  •  Kevin "Misutaaa" Rabier
  •  Dan "apEX" Madesclaire
  •  Peter "dupreeh" Rothmann Rasmussen
  •  Emil "magisk" Hoffmann Reif
     
  • Danny "⁠zonic⁠" Sørensen (entraîneur)