commentaire original posté par GTFO le 01/04/2016 à 23:25
Si le CSA contrôle les retransmissions ça va faire tout drôle à certain casters...

Certains jeux devront être diffusé à des heures tardives, il faudra voir les détails mais ça pourrait freiner l'émergence de nouveaux titres.

Pour le coup, si Riot peut faire ses contrats de joueur pro avec une entité en France, ça peut être intéressant pour les jeunes joueurs

réponse postée par Cormag le 02/04/2016 à 02:19
En réponse a #4Le problème autour du CSA, c'est la norme PEGI. Elle est mal foutue, auto-gérée par les éditeurs qui sont obligés de sur-noter leurs jeux pour ne pas être recalés, et vu qu'elle n'est qu'une simple recommandation personne chaque pays voire chaque acteur du jeu vidéo au sein d'un pays est libre d'en faire ce qu'il veut.

Le SELL faisait bien son boulot dans ce domaine avant que la norme PEGI débarque, pourquoi ne pas s'appuyer sur son expérience?

réponse postée par Swiier le 04/04/2016 à 16:27
En réponse a #4"Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) est l'autorité française de régulation de l'audiovisuel (télévision et radio seulement)" (source : wikipedia)

Du coup, le streaming ne sera pas régulé par le CSA et ça ne posera pas de problème aux casters.

Par contre, pour ce qui est des rediffusions possible de match e-sportif à la télévision, le CSA régule ça.

"Comme pour le sport, le CSA définira ce qui relève du sponsoring, qui est autorisé, ou de la publicité mensongère, qui est interdite." => C'est pour les maillots, ou pour les affiches publicitaires qu'il peut y avoir dans le lieu de la compétition
"Le CSA validera également les plages horaires de diffusion en fonction des images du jeu utilisées en compétition et pas seulement en fonction de la classification PEGI." => C'est uniquement pour ce qui est des diffusions à la TV