Accueil Apple Android
divers

L'esport sous l'ère Macron / Trump

Par Nerouka le 04/08/2017 à 13:18

L'avenir de l'esport sous l'ère des présidences Trump et Macron.

  

Voilà quelques mois que Donald J. Trump et Emmanuel Macron ont été élus tous deux présidents et malgré des programmes chargés et détaillés, il n’est aucunement mention d’esport. Néanmoins, leurs positions vis-à-vis du numérique et des sports nous fournissent des pistes de réflexion sur ce qu’il pourrait advenir du phénomène durant ces quatre prochaines années.

 

Il est de notoriété publique que les affaires économiques d’un pays sont intimement liées à celles politiques, et au vu des enjeux et attentes autour de l’esport ces dernières années, il semble évident de se questionner sur les éventuels chemins pris par les deux nations. 

 

 Le président Emmanuel Macron, venu défendre à Lausanne auprès du Comité international olympique (CIO) la candidature de Paris pour les JO 2024.

 Le président Emmanuel Macron, venu défendre à Lausanne auprès du Comité international olympique (CIO) la candidature de Paris pour les JO 2024

 

"Make Esport Great Again"

 

Fréquentant entre l’âge de 13 et 18 ans le lycée militaire de New-York, le président nord-américain s’est forgé pendant ses années lycée une réputation de sportif émérite. Excellant au football américain, au soccer ainsi qu’au baseball, certains de ses professeurs voyaient en lui un baseballeur professionnel. Ne décidant pas de poursuivre sa vie dans une carrière sportive, il reprend les commandes de l'entreprise familiale. Pour autant, le sport n'a pas disparu de sa vie et encore moins de son business puisqu'il se lance dans un nouveau défi sportif, 20 ans après avoir quitté les bancs de l'université, avec l'USFL (United States Football League). Donald J Trump fait alors l'acquisition en 1982 d'une franchise de football américain : les “New Jersey Generals”.

 

L'équipe évoluait en USFL, une ligue concurrente à la NFL créée en 1983, mais n'a jamais su réellement s'imposer, butant systématiquement sur les quarts de finale des playoffs, en dépit de superstars de l'époque comme Brian Sipe et Herschel Walker qui composaient l'équipe. Malheureusement, malgré la forte attractivité de la ligue, celle-ci disparaîtra en 1986 déplorant des pertes cumulées de l’ordre de 170 M de dollars.

 

À posteriori, elle héritera du surnom de "One dollar league", les propriétaires de la ligue ayant reçu comme compensation un unique dollar après avoir perdu leur procès contre la NFL qu'ils accusaient de pratiquer un "monopole illégal".

 

Néanmoins, cette mésaventure n'a pas démoralisé Donald J. Trump du business sportif, bien au contraire. Amateur de cyclisme, il décide en 1990 de donner son nom au Tour de Trump, une course cycliste qu’il voudrait équivalente au Tour de France, mais il est là aussi contraint d’abandonner le projet 2 ans plus tard suite aux soucis financiers que connaissent ses entreprises. En dépit des évènements, il n'en démord pas et organise des matchs de boxe prestigieux au sein de ses établissements comme la Trump Plaza d’Atlantic City ou en essayant plus récemment de racheter l’équipe de football américain des Bills de Buffalo en 2014.

 

De plus, on dénombrait en 2015 dix-huit terrains de golf au nom de la Trump Organization aux États-Unis et un peu partout dans le monde ! Ses relations avec le monde du sport ont eu, elles aussi, un rôle majeur dans son élection à la maison blanche notamment grâce à certaines figures emblématiques du sport comme Mike Tyson qui n'ont pas hésité à le soutenir tout au long de sa campagne présidentielle.

 

Donald Trump serre la main d'Herschel Walker, sa nouvelle recrue au sein des New Jersey Generals, le 8 mars 1984 (Dave Pickoff)

Donald Trump serre la main d'Herschel Walker, sa nouvelle recrue au sein des New Jersey Generals, le 8 mars 1984 (Dave Pickoff) 

 

Au travers de ces exemples, il ne vous aura pas échappé que Donald J. Trump entretient des liens étroits avec le monde sportif. Le business, et par extension la fortune de Mr Trump Junior s’étant en grande partie développée sur l’image de marque et les shows tout azimut qu’il promeut depuis plus de 40 ans (1971 précisément, date à laquelle il a repris les rennes de l’entreprise familiale). Il serait globalement étonnant de voir la scène esport impactée négativement par son électrion, tant les mécaniques financières et institutionnelles sont similaires à l’heure actuelle entre le sport “traditionnel” et le sport électronique.

 

Bien que l'esport soit globalement occulté de son programme, les réformes économiques voulues par Donald Trump pourraient, elles, avoir un impact beaucoup plus direct. L'une d'entre elles, présentée lors de sa campagne électorale, prévoit une baisse drastique de l’impôt sur les entreprises, passant de 35% à 15% de taux d’imposition.

 

Couplé à cela, le gouvernement de Trump souhaiterait basculer sur un système fiscal territoriale permettant ainsi aux entreprises de payer des impôts exclusivement sur les bénéfices qu’elles dégagent sur le territoire et non sur les bénéfices réalisés à l’étranger comme c’est le cas actuellement. Pour l’esport nord-américain, largement internationalisé, cette mesure fiscale pourrait être prépondérante. Reste à savoir si cette loi sera votée en ces termes et dans quelles conditions elle s’appliquera si elle est acceptée par le Congrès.

 

Après avoir dépeint un tableau plutôt reluisant quant aux éventuelles actions ou réformes du gouvernement Trump qui pourraient être bénéfiques au secteur, il convient de parler des inquiétudes que suscitent certaines promesses de campagne du président Trump. Le décret sur l’immigration entré en vigueur le 27 janvier 2017 a soufflé un vent de panique parmi les joueurs professionnels, notamment ceux de la scène Counter-Strike et Call of Duty. Beaucoup craignaient en effet que les compétiteurs originaires de pays faisant partie de la liste des pays exclus pâtissent de ce décret. Des joueurs étrangers employés par des structures nord-américaines pourraient tout bonnement ne plus pouvoir poser pied à terre aux États-unis. La question est actuellement en suspens bien que le décret ait été remis en application le 30 juin dernier, il doit subir un examen approfondi par la Cour Suprême en octobre prochain.

 

La politique de Washington est le bras armé de Wall Street, et bien qu’un détachement entre les deux institutions fût prôné par le candidat Trump lors de sa campagne présidentielle, la tournure que prend la politique nord-américaine à l’heure actuelle montre bien que le mariage est loin d’être rompu.

 

Un acteur comme Wes Edens qui détient actuellement l’équipe nord-américaine Fly Quest, a longtemps travaillé pour des acteurs financiers de poids comme Lehmans Brothers ou encore BlackRock (premier fond d’investissement au monde avec quelques 5000 milliards de dollars d’actifs) et fait penser que l'esport a pour l'instant plus à espérer qu'à craindre du secteur financier.

 

 Wall Street, poumon financier des États-Unis

 

En marche ou à reculons ?

 

Pour le nouveau président français, aucune mention d’esport n’est faite explicitement là aussi. Lors de sa campagne électorale, il a longuement développé ses idées sur le sport en France en prônant des investissements de taille à réaliser. 

 

Grand amoureux de l’Olympique de Marseille et fervent soutien des J.O de Paris 2024, certaines mesures avancées par le nouveau président lors de sa campagne présidentielle pourraient avoir un effet conjoint sur le sport et l’esport. Son souhait notamment du développement d’un accord national interprofessionnel pour la pratique du sport en entreprise ou le rapprochement des écoles des associations sportives locales pourrait permettre à l’esport de s’étendre en France.

 

Cette vision, très largement utopiste, pourrait être rapidement stoppée par l'appellation même “esport”, qui pour les réfractaires, ne correspond en rien à une pratique sportive. Reste à voir si la vision de la chose va évoluer sous le mandat du président Macron.

 

Des cours d'esport au lycée d'Arlanda en Suède

Des cours d'esport au lycée d'Arlanda en Suède

  

Pour les sportifs professionnels, Emmanuel Macron souhaite l'accès à des formations ou des contrats avec une entreprise pour l’ensemble des sportifs de haut niveau, afin que ceux-ci puissent se réinsérer facilement dans le monde du travail, une fois leur carrière terminée. Cette proposition de loi serait un sérieux atout pour les joueurs professionnels, qui pourraient maintenant en bénéficier grâce à la reconnaissance de leur statut par l’état (cf : rapport sur le numérique d’Axelle Lemaire). 

 

On ne compte plus le nombre de joueurs professionnels ayant décidé de mettre un terme à leur carrière esportive au profit de leurs études, n’étant pas certains de la stabilité du marché. Par ailleurs, le fond d'investissement européen pour le développement des start-ups du numérique voulu par Emmanuel Macron pourrait profiter aux structures européennes naissantes, le fond étant hypothétiquement financé à hauteur de 5 milliards d'euros. Dans un aspect plus général, la baisse des cotisations sociales promise pourrait aider au développement des infrastructures françaises. 

 

Le marché attendu au tournant

 

Bien qu'elles n'y paraissent pas, les cinq prochaines années pourraient être charnières pour l'esport. L'expansion sans cesse croissante du marché ne le met pas à l'abri de risques financiers. Le secteur a beau susciter un vif intérêt de la part de grands investisseurs et autres entreprises de renom, il n'en reste pas moins à l'heure actuelle un marché de niche, submersible à la moindre secousse des marchés financiers. Une crise financière similaire à celle de 2008 ou pire encore, l'affecterait gravement.

 

L'internationalisation croissante du marché esportif le rend interdépendant des politiques économiques et sportives mondiales dont il est affecté indirectement et ne nous offre pas pour l'heure de visibilité à long terme au regard de la fragilité du secteur.

  

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Nerouka

Nom :

Ville : Trifouilly-les-Oies

Twitter : Twitter

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Partage

Sir Sid Drenan le 04/08/2017 à 13:2504 Aug 2017 à 13h25#1
Si je m'attendais a voir ça sur aAa ! Bravo pour le travail fourni
Miryah570 le 04/08/2017 à 13:4704 Aug 2017 à 13h47#2 Edité par Miryah570 le 04/08/2017 à 13:48
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Logiax le 04/08/2017 à 13:5004 Aug 2017 à 13h50#3
Bon article maisnon reste sur des suppositions donc toujours rien de concret. Apres j'ose esperer que Macron étant plutot jeune, sera pour développer le numérique dans tout ses aspect.
KeepCool le 04/08/2017 à 14:0004 Aug 2017 à 14h00#4
Intéressant comme article, merci
du coup ça me fait effectivement réaliser que l'esport est totalement absent de leur discours et c'est malheureux
Ahnkhaen le 04/08/2017 à 14:3204 Aug 2017 à 14h32#5
En réponse a #4entre prendre des mesures sur l'Esport et en prendre sur l’économie du pays tu choisis quoi ? :D
Anguibok le 04/08/2017 à 14:4704 Aug 2017 à 14h47#6
En réponse a #5Entre prendre des mauvaises mesures sur l'esport et des mauvaise mesure sur l'économie du pays je choisis de prendre des mesure sur l'esport :3
Kixxo le 04/08/2017 à 15:3404 Aug 2017 à 15h34#7
GearRXZCompte certifié le 04/08/2017 à 16:2704 Aug 2017 à 16h27#8
quand ça rapportera pas mal d'argent, le sujet sera sur la table
Miryah590 le 04/08/2017 à 16:2904 Aug 2017 à 16h29#9
En réponse a #8Donc jamais en france vu les acteurs du milieu et l'intérêt général.

MaTmax le 04/08/2017 à 16:4804 Aug 2017 à 16h48#10
En réponse a #9Ca fait plusieurs fois que je te vois commenter sur ce site, et tu m'as l'air sacrément idiot.
Pour ta culture : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/5/9/2017-872/jo/texte
soDjo le 04/08/2017 à 16:5104 Aug 2017 à 16h51#11
En réponse a #9Sur quoi te base-tu pour dire ça ? La France est l'un des pays d'Europe qui a le meilleur développement dans l'esport justement parce que l'intérêt générale est au rendez-vous... Pas forcément sur des jeux qui nous plaisent mais les sociétés sont tirés par les spectateurs.

On dirait une petite phrase trollante sans vraiment de recherche derrière...
Miryah600 le 04/08/2017 à 17:0004 Aug 2017 à 17h00#12
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
CTR le 04/08/2017 à 17:0204 Aug 2017 à 17h02#13
Ah c'est lui le fameux Miryah que Chips et Noi nous ont décrit durant un cast de the IT ?
Miryah600 le 04/08/2017 à 17:1204 Aug 2017 à 17h12#14 Edité par Miryah600 le 04/08/2017 à 17:28
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Netharya le 04/08/2017 à 17:1604 Aug 2017 à 17h16#15
Hahaha MaTmax complètement baited x)
T'as été soft myriah
Miryah600 le 04/08/2017 à 17:2104 Aug 2017 à 17h21#16
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
soDjo le 04/08/2017 à 17:4704 Aug 2017 à 17h47#17
En réponse a #12Putain mec tu peux pas, rien qu'une fois, essayer d'être objectif et pas dans l'attaque ou le bon mot ?

aAa/Millenium/Ogaming ne sont que des éléments grands publics de l'esport actuel; tu oublies les agences, les webtv grandissantes, les sociétés de productions spécialisées etc...
Tu mets tes goûts personnels en avant mais si ces mêmes acteurs devaient se focaliser sur dotA2 en France, plutôt que sur LoL par exemple, je donne pas cher de leur survie... C'est intéressant de parler de gouvernement mais c'est tout aussi intéressant de parler du public, puisque l''esport, comme tout entertainment, est tiré par les annonceurs et les spectateurs; et que ça te plaise ou non les spectateurs (FRANCAIS) regardent majoritairement du LoL/HS/FIFA.

Alors on peut le déplorer, comme tu le fais, mais ça n'en reste pas moins une réalité.
Je suis fan de Counter Strike depuis tout gosse et je lamente le fait que ce jeu ne soit pas en avant dans l'esport français. Mais travaillant dans une société de production dans l'esport, je vois bien que c'est totalement irréaliste de se dire que CS doit être une figure de proue de l'esport; parce qu'il n'y a tout simplement pas la masse de spectateurs (français encore, j'insiste là dessus).
Si tu veux que les boites s'intéressent à ton jeu de coeur; à toi de te bouger le cul pour agrandir la communauté française intéressée par les casts en FR (et c'est certainement pas en insultant tout les spec d'un jeu similaire que tu vas les pousser à s'y intéresser mais bon).

Par ailleurs la moyenne d'âge des élus est de 48ans depuis les dernières élections mais soit. Pour le coup c'est un peu d'ignorance que de penser que les élus n'en ont rien à carrer; puisque presque toutes les boites du secteurs ont des contacts avec des élus qui, s'ils ne comprennent pas l'esport, comprennent au moins son attractivité économique (et le positionnement de la France dans celui-ci avec des sociétés FR du milieu qui commencent à s'implanter dans des pays d'Afrique par exemple ) et donc l'intérêt de légiférer et de donner de la marge de manœuvre aux entreprises.

Je ne relèverai pas le passage sur la dette parce que ça n'a aucun sens d'en parler de cette manière (cf paragraphe précédent).
BOthoax le 04/08/2017 à 17:4904 Aug 2017 à 17h49#18
Sinon dans les Macron leaks y'a une candidature pour team aAa,

Aurais ton un aAagent au gouvernement ?!?
MaTmax le 04/08/2017 à 18:0704 Aug 2017 à 18h07#19
"quand ça rapportera pas mal d'argent, le sujet sera sur la table"
-> "Donc jamais en france vu les acteurs du milieu et l'intérêt général"
--> https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2017/5/9/2017-872/jo/texte
Faut être aveugle pour ne pas voir le développement de cette activité, et les revenus ainsi que les emplois qu'il générera à l'avenir. Et c'est bien pour cette raison que le gouvernement veut déjà taxer, car ça peut ramener des tunes.
Ils ne se seraient pas fait chier à s'intéresser au sujet s'ils n'y trouvaient pas d'enjeu... pour eux (cf le soutien "cool" du mec du numérique à l'équipe de France OW).
Miryah610 le 04/08/2017 à 18:1504 Aug 2017 à 18h15#20 Edité par Miryah610 le 04/08/2017 à 18:20
Faut surtout être très con pour ne pas voir que ce décrèt est passé ya plus de 2 mois et que depuis rien n'a avancé même pas d'un centimètre.

C'est beau de croire au père noel sauf que le pays ne fonctionne pas en fonction de la lubie passagère d'une poignée de weaboo (remarque vous me direz Macron à été élu et est en train de bien retomber et les débiles qu'on cru en ses conneries avec donc bon ... )

Vidéos

NEW
Suivez nous
- HAUT DE PAGE