À la suite d'une enquête qui a durée deux ans, le département californien de l'Emploi et du Logement équitables a déposé une plainte à l'encontre d'Activision Blizzard pour mauvais traitements présumés envers des employées.

Activision Blizzard devant les tribunaux

Le cauchemar ne ferait que commencer pour le studio américain. Outre les nombreux départs des personnes emblématiques de la société depuis quelques années, nous apprenons maintenant qu'Activision Blizzard est poursuivi par l'État de Californie, plus précisément par le Département californien de l'emploi et du logement équitables, pour ce que l'agence d'État appelle une culture de "frat boy", un phénomène qui encourage un comportement abusif contre les femmes travaillant au sein de l'entreprise. Activision Blizzard est donc notamment poursuivi pour avoir favorisé un environnement sexiste, pour discrimination et harcèlement.

Dans une plainte de 29 pages déposée ce mardi 20 juillet devant la Cour supérieure de Los Angeles, l'agence d'État a énuméré une liste de plaintes contre la société qui fait suite à une enquête de deux ans. Cettedite enquête a notamment révélé que les employés masculins d'Activision Blizzard se livreraient fréquemment au harcèlement sexuel, à l'inégalité de rémunération et à des représailles contre les femmes, qui représentent à ce jour 20 % de l'effectif total de l'entreprise comme c'est stipulé dans le document. Ce dernier fait également référence au phénomène de "cubes crawls" où les employés masculins boivent de grandes quantités d'alcool et adoptent un comportement inapproprié envers leurs collègues féminines. La plainte déposée évoque également le cas d'une employée qui s'est suicidée lors d'un voyage d'affaires en compagnie de son superviseur ; cette personne de sexe masculin aurait eu des relations sexuelles auparavant avec cette employée et il a apporté des plugs anaux et du lubrifiant à ce le voyage.

Parmi les accusations alléguées par l'agence d'État nous retrouvons notamment : 

  • Discrimination à l'embauche en raison du sexe
  • Des employées n'ont pas pu avoir de promotions parce qu'elles pouvaient être "enceintes". 
  • Les employés masculins (nombreux d'entre eux sous l'effet de l'alcool) jouaient à des jeux vidéo pendant les heures de travail et déléguaient des responsabilités aux employées. 
  • Les employés masculins avaient fréquemment des conversations sexuellement suggestives et faisaient ouvertement des blagues sur le viol.
  • Les employées étaient ridiculisées lorsqu'elles allaient chercher leurs enfants à la garderie.
  • Des employées ont été expulsées des salles réservées à l'allaitement afin que les employés masculins puissent y tenir des réunions.
  • Des femmes travaillant dans l'équipe de World of Warcraft affirment que des employés et des superviseurs masculins les harcelaient sexuellement, faisaient des commentaires de viol et tenaient des propos dégradants.
  • Des employées ont été victimes de représailles
  • rémunération inégale entre les hommes et les femmes.

Dans sa plainte, le département de l'Emploi et du Logement équitables demande divers types de dommages-intérêts, notamment des dommages-intérêts compensatoires, des dommages-intérêts punitifs, remboursement des salaires impayés, la mise en place de mesures d'injonction, le remboursement des honoraires d'avocat. Le montant du préjudice pourrait couter la bagatelle de 400 millions de dollars à Activision Blizzard.