Accueil Apple Android
lol

Bulii : « L’année dernière, je n’étais pas prête »

Par tipsalewo le 09/03/2019 à 12:54

Laure Valée dite "Bulii" s'est arrêtée au micro de The Shotcaller pour parler de son parcours, de ses objectifs et de son expérience avec Riot Games. Elle qui a vécu de l'intérieur la transition des LCS EU au LEC a également livré quelques informations sur les projets en cours et le cap pris par la ligue européenne. La rédaction vous propose de découvrir son interview : 

 

Si on revient sur ta trajectoire, je t’avais interviewée l’année dernière après la première semaine du Spring Split 2018, alors que tu venais de rejoindre l’équipe. Maintenant que la ligue est devenue le LEC, que tu t’es installée comme l’intervieweuse principale d’après-game, tu te sens comme à la maison ?

C’est mieux, mais comme tu le sais, ce n’est pas toujours facile, puisque je ne vis pas à Berlin mais à Paris. Je dois faire des allers-retours chaque semaine, j’arrive le jeudi et je repars le dimanche. L’équipe fait de son mieux pour me faire me sentir comme chez-moi, ils sont exceptionnels, mais ça demande un peu de temps parce que je suis timide. Mais il y a du progrès, je suis plus confiante et je pense que ça se voit. D'une manière générale, j’aime l’équipe et le LEC.

 

J’ai aussi vu que tu t'es rapprochée des joueurs, tu fais des trucs avec eux sur Instagram, des stories, tu parles avec Rekkles après les parties…

Oui, c’est quelque chose que je veux développer ! Tu sais comment sont les interviews d’après-match, les joueurs ne se livrent pas trop. Ce que j’ai fait avec Rekkles, comme lui demander des conseils pour la botlane, je veux le faire avec tous les joueurs. Par exemple sur un nouveau patch, si Rek’Sai devient totalement OP dans la jungle, peut-être que je ramènerai Kold pour lui demander le meilleur build ou des conseils. Les gens ont aimé avec Rekkles donc je vais continuer.

 

Ça aide quand c’est Rekkles !

Oui, ça aide notamment pour l’atteindre parce que j’ai une bonne relation avec l’organisation Fnatic. Comme je suis là depuis un an et que je connais mieux les joueurs, ils me font plus confiance et me donnent plus d’interviews.

 

Sur tous les sujets ?

C’est difficile, à chaque fois que tu poses une question sur le jeu, ils ne veulent pas répondre à cause des adversaires et des enjeux… Il faut en général se concentrer sur l’histoire narrative. J’aime beaucoup les interviews d’après-match mais faire des interviews comme toi me manque ! Le cadre est beaucoup plus détendu et les joueurs ont eu le temps de décompresser après la partie. Je pense qu’un cadre où on est assis, 30 minutes après le match, est meilleur. On verra si je peux développer plus de contenu dans ce sens et je sais que Riot me soutient dans mes initiatives. Par exemple, il y a deux semaines, j’ai montré des replays parce que c’est ce que je fais en France pour pousser la dimension analytique, et Riot a apprécié cette partie.

 

C’est vrai que beaucoup de commentaires sur Internet ont souligné que le LEC a bien réussi à développer son côté divertissement, mais que du côté analyse, il en manquait un peu… C’est peut-être une opportunité parfaite pour toi.

Je vais essayer et j’ai des personnes incroyables pour m’aider. Froskurinn, qui est là cette année, voudrait que j’en fasse plus de ce côté et elle m’aide, Deficio n’est plus là mais il continue de m’aider. J’ai aussi une bonne relation avec PapaSmithy… Toutes ces personnes reconnaissent le fait que je puisse parler du jeu, c’est vraiment soulageant.

 

Est-ce que tu as d’autres buts personnels dans ton travail ?

La stabilité. Cette année a été dure pour moi sur le plan personnel. Pour être honnête, la haine sur les réseaux sociaux n’a pas aidé. J’avais des problèmes l’année passée, je ne pouvais pas dormir les jours d’émission, j’ai dû consulter un psy parce qu’il y avait trop de choses dans ma tête. Mais maintenant, j’arrive enfin au point où je n’y fais plus trop attention, parce que je sais que ça affecte ma performance sur scène. C’est mon but cette année, ne pas faire attention au négatif et me concentrer sur le positif. Un interviewer sera meilleur s’il se sent à l’aise. Aujourd’hui, c’est ce dont j’ai besoin.

 

Oui, je peux confirmer d’expérience personnelle que c’est important de se sentir à l’aise. Il y a des interviews où tu te dis « sortez-moi de là ! »

Notre but, c’est de montrer le meilleur des joueurs, notre performance ne vient qu’ensuite. Parfois, ils ne te donnent pas grand-chose et tu te dis : « Je fais ça pour toi ! Aide-moi ! ». Ça peut prendre un peu de temps, mais une fois qu’ils te font confiance, c’est plus facile.

 

Laure Valée sur le plateau du LEC / Crédits photo Riot Games

 

Si tu dois faire une rétrospective de l’année dernière, es-tu satisfaite de ta première année sur la grande scène ?

Pas du tout, je dois être honnête. J’ai regardé récemment les VODs de mes premières semaines et je me suis demandé comment ils avaient pu me laisser monter sur scène comme ça. Je ne dis pas ça parce que je me considère comme parfaite aujourd’hui, ce n’est pas le cas, mais je suis consciente des progrès que j’ai faits. L’année dernière, je n’étais pas prête. Dieu merci, ils m’ont fait confiance et je me suis améliorée depuis. Mais je ne suis vraiment pas satisfaite de mon année précédente.

 

Je crois que c’est Richard Branson, le CEO de Virgin, qui disait que lorsque la vie te présente une opportunité pour laquelle tu n’es pas prête, il faut quand même la prendre et la faire marcher comme tu peux.

Oui, c’est la devise qui m’a portée jusqu’ici. En 2015, Zaboutine, devenu aujourd’hui l’entraîneur principal d’OpTic, était un caster en France. Pendant l’été, ils n’avaient plus assez de casters et il venu me chercher pour que je le fasse… J’étais terrifiée. Mais je voulais travailler dans l’esport et c’était peut-être ma seule chance d’entrer dans l’industrie. C’est ce qui m'a permis d’aller aussi loin. C’était une expérience horrible, je suis une casteuse terrible, mais je suis heureuse de l’avoir fait.

 

Pour parler de l’équipe de production, est-ce que tu trouves que le LEC a fait l’effort de ne pas seulement développer l’identité des joueurs mais aussi celle des casters, des analystes et des interviewers ?

Oui, totalement ! Comme certains le savent, je suis en free-lance et je ne suis pas une « rioteuse ». Le type de contrat est différent mais ils me traitent comme ils traiteraient n’importe qui. Ils essayent de nous mettre en avant sur les réseaux sociaux, de développer notre image. J’ai eu des discussions avec Trevor qui m’a conseillé. Le LEC est un engagement sur le long terme avec les équipes mais je pense que c’est aussi peut-être un engagement sur le long terme avec les bons éléments. Comme Sjokz est devenue free-lance et que Deficio est parti, je dirais qu’ils essayent vraiment d’apporter du liant autour de l’équipe.

 

Est-ce que tu penses que pour les parties avec le desk, il devrait y avoir plus d’analyse, de highlights sur les parties ?

Je pense qu’on en fait assez. Il y a ce meme sur Internet qui dit que l’Europe, c’est seulement du fun et pas de l'analyse. Mais je ne suis pas d’accord. On a des passages uniques d’analyses, comme le Telestrator ou celui que j’essaye de développer. Après, un truc que j’aimerais bien ajouter, ça serait d’interviewer les perdants… Je défends ça depuis longtemps et c’est enfin dans l’air. On essaye de ressembler au sport et pourrais-tu imaginer une équipe de football perdre et ne pas se rendre en zone mixte ? Je ne sais pas pourquoi on ne le fait pas dans l’esport et je pense qu’on devrait le faire. C’est intéressant d’avoir la perspective des joueurs quand ils gagnent, mais je pense qu’avoir leur opinion quand ils perdent serait encore plus riche ! Je pense que l’organisation ou les équipes pourraient former leurs joueurs à répondre aussi après une défaite, parce que pour l’instant, ce n’est pas le cas. Ça révèlerait un autre côté des joueurs et c’est ce que le public veut : en savoir plus, se sentir plus proche…

 

C’est vrai que si on interroge une équipe qui a gagné très proprement, elle peut juste répondre qu’elle a appliqué son plan de jeu et fin de l’histoire… Mais l’équipe adverse avait aussi un plan de jeu !

Je pense que les joueurs ne sont pas formés à répondre dans ces circonstances. Ils sont très jeunes et émotionnels. Je comprends pourquoi les structures veulent les protéger. Mais lles auront une meilleure image s’ils sont capables de répondre dans ces situations.

 

Ou on pourrait au moins avoir les coaches… Je suis sûr que Yamato serait partant ! Mais c’est peut-être une exception…

Comme les joueurs ne sont pas prêts, je pense que les coaches prendront leur partie. Yamato parle super bien et sait faire de bons discours, il pourrait même leur apprendre comment faire ! Si les joueurs font confiance à l’interviewer, il n’y a aucun problème. J’espère donc qu’on pourra en avoir bientôt cette année.

  

 

 

 

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Léo

Nom : Lecherbonnier

Ville : Yerevan

Twitter : Twitter

Partage

Netharya le 09/03/2019 à 14:3709 Mar 2019 à 14h37#1 Edité par Netharya le 11/03/2019 à 17:49
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
thor20 le 09/03/2019 à 15:4509 Mar 2019 à 15h45#2 Edité par thor20 le 09/03/2019 à 15:46
Elle a du talent c'est certain, mais elle doit vraiment améliorer son anglais, on a vu la différence avec la présentatrice de cette semaine qui est anglaise, la qualité d'expression de la langue doit vraiment être très très bonne à défaut d'être parfaite. Hier les structures de phrases étaient quand même plus fluide, plus propre, plus idiomatique.

C'est vraiment la partie à travailler car à coté, elle présente bien, se place bien, sait de quoi elle parle. Par comparaison Sjokz a un niveau d'anglais bien meilleur, mais une analyse du jeu bien moins bonne.

On peut se dire aussi que la place doit vraiment être très plébiscité, la présentation est un monde sacrément concurrentiel et même si Laure est douée même très douée, ce poste demande vraiment de l'excellence.
sh3rb le 09/03/2019 à 16:1709 Mar 2019 à 16h17#3
c'est bien qu'elle se soit remise en question "en regardant les vods" par exemple.
Dans son précèdent itw j'avais dit que l'ascension était trop rapide et qu'elle avait un peu de mal mais je dois reconnaître qu'elle a bien progressé et l'esport de manière général manque cruellement de présence féminine que se soit sur LoL ou bien plus sur fortnite et CS GO.
FREEreror le 09/03/2019 à 18:2109 Mar 2019 à 18h21#4
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
thor20 le 09/03/2019 à 20:4409 Mar 2019 à 20h44#5
En réponse a #4C'est dur de dire ça, mais la en regardant l'interview de Mithy et Nukeduck, c'est clair que Frankie est sacrément douée, ça fait mal de le dire pour notre bubu, mais elle a pas son niveau
Isley le 09/03/2019 à 20:4909 Mar 2019 à 20h49#6 Edité par Isley le 09/03/2019 à 20:54
En réponse a #4Tu te rends compte de la violence de ton commentaire sérieux ? Mec, c'est pas parce que tu es derrière un écran sous un pseudonyme, et que tu ne rencontreras jamais Bulii, que tu peux te permettre ce genre de message.

"Blabla je dis la vérité", mais vas te faire papillon.

PS : Je tiens à signaler que je ne suis pas spécialement fan de Bulii, et je la trouve vraiment clairvoyante sur ce qu'il lui reste à faire pour être une intervieweuse accomplie. Mais papillon ce genre de message de papillon me rend ouf.

PS 2 : Walah en me relisant je me dis que j'ai lâché beaucoup trop de gros mots lol. Du coup je les remplace tous par le mot "papillon". Peace.
pleymoe le 09/03/2019 à 20:5109 Mar 2019 à 20h51#7
En réponse a #2En fait je ne trouve pas ça si dérangeant que ça. Elle fait face à un public international et elle peut se permettre des petites erreurs. Ca arrive quand on n'est pas un "native speaker". Cela ne serait pas pardonnable devant une audience entièrement anglophone, mais ce n'est pas le cas. Au delà de ça, elle fait du très bon boulot. Etant moi-même journaliste, j'apprécie vraiment son travail.

En fait, j'avoue que je ne comprends pas trop les critiques très régulières à son égard. Il ne faut pas oublier que c'est une personne qui a été catapultée, très jeune et pratiquement du jour au lendemain, sur des grosses productions. Normalement, cela prend plusieurs années, voir dizaines d'années, d'expérience pour être sur ce genre de production. Ce n'est pas le cas pour Bulii. En ce sens elle fait un travail assez remarquable je trouve et nul doute qu'elle continuera de s'améliorer ! Elle est nettement plus à l'aise et généralement c'est à partir de ce moment la qu'on progresse grandement

La comparaison avec Sjokz n'a pas vraiment lieu d'être je trouve. Et pour avoir longuement échangé avec elle il y a quelques mois de cela, elle a aussi galéré à ses débuts.
Yunyuns le 09/03/2019 à 21:1509 Mar 2019 à 21h15#8
En réponse a #7Le truc que beaucoup ne comprennent pas, moi y compris, c'est pourquoi avoir pris Bulii qui n'est pas à l'aise du tout avec son anglais alors qu'il y a certainement plein d'autres personnes qui n'ont pas cette difficulté ?
FREEreror le 09/03/2019 à 21:3909 Mar 2019 à 21h39#9
En réponse a #6T'es où sur l'échelle de l'humanité pour être autant trigger par un commentaire ne te concernant même pas sur internet ? :^)
Mephala le 09/03/2019 à 22:0809 Mar 2019 à 22h08#10
Perso depuis que j'ai vu son arrogance a l'oeuvre plusieurs fois dans l’émission Skell, je lui pardonne rien.
Elle est moins douée en interview qu'un ou une autre, ben tu la remplaces, c 'est la vie.
bamiiii2c le 09/03/2019 à 23:4009 Mar 2019 à 23h40#11
Onacona le 10/03/2019 à 00:4010 Mar 2019 à 00h40#12
Sympa l'interview. Elle a eu raison de saisir sa chance, ce n'est pas le genre d'offres qui va arriver très souvent. Par contre, ce que je ne comprends pas, quand je regarde les interview de Frankie, c'est qu'elles me paraissent bien plus longues que celles de Bulii ou plus généralement, que celles qu'on a l'habitude de voir.
Ethrak le 10/03/2019 à 04:2510 Mar 2019 à 04h25#13
En réponse a #12Parce qu'elle est à l'aise et naturelle, ça se ressent direct. Malgré le respect qu'on doit à Laure, elle n'est pas à l'aise pendant les interviews et ça se ressent. C'est peut être à cause de l'anglais ou bien la pression, mais quand je la vois j'ai l'impression que tout est très scripté.
Clems-91 le 10/03/2019 à 13:0910 Mar 2019 à 13h09#14
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
VanilleMentheCerise le 10/03/2019 à 13:2610 Mar 2019 à 13h26#15
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
madara974 le 11/03/2019 à 09:5111 Mar 2019 à 09h51#16 Edité par madara974 le 11/03/2019 à 12:49
En réponse a #8En regardant les interview de Frankie, s'il y a un détail qui me saute aux yeux c'est que sa maîtrise de l'anglais dépasse également celle des joueurs qui la reprennent à plusieurs reprise car ils ne comprennent pas certaines questions. Autre détail c'est que Frankie n'est pas si naturelle, elle est théâtrale; elle joue son personnage, elle est différente dans la réalité. Allez voir sa chaîne youtube pour vous en convaincre (ce n'est pas un mal).

Ne voulant faire office de fanboy, je dirais que chacune apporte sa personnalité à sa manière et c'est très bien comme cela. Bulii est nickel comme elle est aussi je lui souhaite de parfaire "son" personnage en distinction des autres: Frankie la déjantée, Froskurinn la badass, Sjokz la glamour et Bubu la bienveillante.
Je ne vois pas pourquoi on devrais en prendre une en standard ou les comparées, çà n'a pas de sens.
Poukie le 11/03/2019 à 11:4111 Mar 2019 à 11h41#17
Bulli a un niveau d'anglais largement à la hauteur pour ce genre de boulot, et c'est pas parce qu'elle est sobre qu'elle est mal à l'aise ou coincée. Frankie t'as envie de lui dire "chill, c'est qu'une interview...".
Bref, 2 personnalités, 2 styles.
thor20 le 11/03/2019 à 16:5411 Mar 2019 à 16h54#18 Edité par thor20 le 11/03/2019 à 16:58
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Netorekial le 11/03/2019 à 20:3111 Mar 2019 à 20h31#19 Edité par Netorekial le 11/03/2019 à 20:34
Je trouve que Bulii s'améliore vraiment petit à petit. Et je trouve également que l'on est énormément dur avec elle. Le fait que son anglais soit mauvais est (peut-être ? je ne peux pas juger) un jugement très étrange. Elle n'est pas anglophone d'accord. Mais est-ce une raison valable de s'attaquer à cela, en occultant le travail réalisé par cette dernière, et la progression ? Je ne pense pas. Elle bosse sur tout, avec sérieux et ça se voit, et ça se salue énormément !

Personnellement, elle fait énormément de progrès, et est très professionnelle dans ce qu'elle fait. Certes, on la sent parfois très "tendue" pendant ses interview. Mais c'est là où elle excelle. Et plus on lui donnera les armes et la confiance ( staff riot/LEC) mieux elle se sentira.

Egalement, je trouve qu'elle a deux très belles idées, qu'il est nécessaire d'amener un peu plus sur la scène esportive : une capacité de "desk analytique" plus poussée, un peu comme avec le sport traditionnel. Et l'interview des perdants : pas nécessaire à chaud. Mais à froid, c'est une idée qui peut largement être plausible et très intéressante ! Notamment de confronter des points de vus, des idées de stratégies, des réflexions sur une partie/une meta/des champions. Le milieu peut le permettre.

Et pour finir, et comme l'a très bien dit mon VDD du VD : Frankie et Bulii ont deux personnalités différentes. Et franchement c'est très bien comme ça. Chacune amènent son positif et sa patte.
Kazze le 11/03/2019 à 20:4411 Mar 2019 à 20h44#20
Frankie elle mène une interview, Bulii on sent qu'elle a préparé 3 questions et qu'elle veut les poser quitte à ne pas tenir compte du tout de ce que vient de dire son interlocuteur. C'est ce manque de liant qui me gène un peu, après l'accent... on s'en fiche un peu, c'est typique de l'Europe et c'est très bien comme ça.

Vidéos

Suivez nous
- HAUT DE PAGE