Accueil Apple Android
lol

Invictus Gaming, les Indestructibles

Par Waulk le 11/01/2019 à 15:15

Fin du tour d'horizon des équipes ayant marqué la saison avec Invictus Gaming, celle qui, après plusieurs échecs, a réussi à obtenir le plus beau des trophées. Retour sur une année à la fois difficile et extraordinaire.

 

Lors du Summer Split 2017 de la LPL, les Invictus Gaming obtiennent la troisième place en battant Team WE, cette même équipe qui prendra sa revanche quelques jours plus part, privant la formation des championnats du monde. La structure décide cependant de continuer l'aventure avec les mêmes joueurs, mais deux choses changent : la première, anecdotique, est le nouveau pseudonyme de Megan qui devient Baolan, tandis que la seconde augure de jours meilleurs car le jeune prodige JackeyLove a atteint l'âge requis pour participer aux compétitions officielles. Les Invictus Gaming version 2018 sont prêts à conquérir la Chine et à gagner la LPL.

 

 

Une main de velours dans un gant de fer

 

Le baptême du feu de JackeyLove est particulièrement dangereux car ses premiers adversaires ne sont autre que les Royal Never Give Up, l'une des structures chinoises les plus fortes et la plus connue en LPL, avec deux finales des Worlds jouées. Coup de chance pour les coéquipiers de Ning, Uzi ne joue pas le match et ils parviennent à remporter la première manche. Leur rookie inflige 36,8 % des dégâts de son équipe dans cette rencontre, montrant que sa réputation de prodige ne semble pas usurpée. Les RNG font alors un changement en sortant Able, leur ADC, pour faire rentrer Y4. JackeyLove apprend alors la dureté des parties compétitives et n'arrive pas à s'exprimer de toute cette seconde manche. La dernière reprise est tout aussi cruelle car si les IG sont ceux qui infligent le plus de dégâts, ils ne prennent que 11 kills en en encaissant 21 et ne détruisent qu'une tour alors que leur Nexus tombe. Les RNG ont donné une véritable leçon de réalisme à une équipe pleine de talent mais pas encore parfaitement rôdée. Alors qu'une autre formation aurait décidé suite à ce match de se concentrer sur sa macro, surtout que Duke n'a pas livré de mauvaises prestations, IG prend le contrepied en mettant en titulaire son héros : TheShy. La formule que nous connaissons désormais bien débute alors avec des joueurs qui surclassent leurs adversaires sur les lignes avant de se regrouper pour porter l'estocade. C'est le début d'une série de dix-huit victoires consécutives pour les coéquipiers de Rookie avec seulement trois manches perdues lors de ces rencontres. Ils finissent logiquement premiers de leur groupe et même des deux groupes confondus, obtenant un billet direct pour les demi-finales où ils retrouvent les RNG. Malgré la défaite de la première journée, Baolan et ses partenaires ont déjà pris leur revanche en battant leurs rivaux 2-0 lors du match retour, et arrivent donc en tant que favoris.

 

 

Début avril, à deux semaines des phases finales, TheShy se blesse à la main, devenant indisponible jusqu'au 5 juillet. C'est donc sans son toplaner titulaire qu'Invictus Gaming va défier RNG, laissant à Duke, ancien champion du monde, la responsabilité de gérer la voie du haut. La première manche est à leur avantage et ils parviennent à prendre le meilleur sur des RNG cueillis à froid. Malgré une excellente performance d'Uzi, la domination de Ning permet à son équipe d'ouvrir le score. Vexé, Mlxg se surpasse et c'est avec leur style préféré (Uzi centrique) que les RNG égalisent en 24 minutes sans perdre une seule tour. La plus grande star chinoise entend bien ne pas s'incliner devant le nouveau venu et JackeyLove n'arrive pas à la mettre en difficulté. La troisième partie est extrêmement disputée et les IG dominent le début de partie. Cependant, le réalisme et la gestion de la carte des RNG leur permettent de recoller au score lors des regroupements avant de finalement s'imposer, toujours grâce à un Uzi divin. L'entraîneur des Invictus Gaming décide de bannir sa Kai'Sa pour la quatrième reprise, donnant ainsi de l'air à son ADC. Si JackeyLove ne prend toujours pas d'avantage conséquent, Rookie et Ning parviennent à être décisifs et à obtenir le droit de disputer une ultime manche. L'Uzi centrique est de retour pour cette dernière et c'est avec quatre tanks que le carry AD des RNG écrase ses adversaires, ne leur laissant qu'un seul kill de toute la partie. Lors du match pour la troisième place, les coéquipiers de Baolan tombent sur des Rogue Warriors très patients qui attendent leur heure pour finalement bouter les anciens favoris hors du podium. Duke n'a pas réussi à se coordonner parfaitement avec ses partenaires tandis que JackeyLove n'a pas trouvé comment gagner ses duels contre les Kai'Sa adverses, ces deux faiblesses ayant eu raison d'une équipe qui a explosé en plein vol.

 

Après avoir regardé les RNG remporter le MSI depuis la Chine, les Invictus recrutent un nouvel entraîneur principal : Kim Jeong-soo. Le Summer Split démarre bien malgré l'absence de TheShy et c'est encore un enchaînement de victoires jusqu'au match contre leur némésis RNG, le 30 juin. Les champions de la LPL tentent une composition funneling lors de la première manche. Néanmoins, leur maîtrise n'est pas parfaite et leurs rivaux les sanctionnent immédiatement. Revenant à des compositions plus classiques, les RNG et notamment Uzi ne laissent aucune chance aux Invictus Gaming lors des deux manches suivantes. Une fois de plus, le constat est amer : JackeyLove ne parvient pas à gérer son homologue et cela même avec des match-ups positifs. Les Rift Rivals arrivent alors, marquant le grand retour de TheShy. La performance des équipiers de Duke est plutôt bonne : ils arrivent à remporter leurs deux matchs de groupe mais s'inclinent contre kt Rolster lors de la finale. La seconde partie du Summer Split ressemble à celle du Spring à la seule différence que les Invictus concèdent plus de games, même s'ils finissent encore une fois en 18-1.

 

Pour leur demi-finale, ils affrontent leur plus grand allié dans ces playoffs : les JD Gaming, qui ont déjà éliminé les seconds du Spring Split, EDG. La première manche est à sens unique pour Invictus qui l'emporte en 26 minutes en ne concédant qu'un kill et une tour. La seconde game est tout aussi déséquilibrée mais cette fois-ci en faveur de leurs adversaires. La partie suivante est un peu plus disputée même si Invictus l'emporte encore plus rapidement que lors de la première manche avant de prendre une énorme claque lors de la quatrième et de voir son Nexus tomber en 21 minutes seulement. JackeyLove et ses partenaires se ressaisissent pour la dernière game et parviennent à obtenir leur billet pour la finale après une partie tout aussi déséquilibrée. Cette demi-finale a été très étrange à regarder car aucune manche n'a réellement été disputée : à chaque fois, une des deux équipes a outrageusement dominé l'autre.

 

 

Les éternels RNG veulent défendre leur titre lors de cette finale et la première manche est assez originale car ce sont les toplaners LetMe et TheShy qui sont tous deux les moteurs de leurs équipes respectives, même si Uzi parvient à offrir la victoire aux RNG, sa Kai'Sa surpassant l'Ashe de JackeyLove. La domination des RNG est plus marquée lors de la partie suivante et leur victoire est incontestable avec un Uzi sur orbite qui inflige plus de 50 % des dégâts de son équipe, et ce sans Uzi centrique. JackeyLove décide alors de jouer Kai'Sa à son tour mais cela ne change rien : son adversaire reste meilleur que lui. Cependant, Rookie sur Zoé en a assez de voir les toplaners et les carrys AD lui voler la vedette : il se surpasse et remet son équipe sur de bons rails. Si la domination d'Uzi continue durant la quatrième reprise, TheShy, Ning et Rookie font la loi sur le haut de la carte. Les sololaners Invictus s'offrent une seconde victoire et le droit de disputer la cinquième game. Alors qu'ils semblent avoir fait le plus dur, les Invictus voient Xiaohu se réveiller à son tour et mettre Rookie en difficulté. Mlxg et LetMe tiennent de leur côté, permettant à des RNG meilleurs en teamfight de soulever une fois de plus la coupe chinoise. Heureusement pour Baolan et ses partenaires, l'élimination rapide des EDG leur offre une qualification directe pour les championnats du monde.

 

 

Rise !

 

Le tirage au sort des Worlds leur donne un groupe abordable avec les Fnatic champions d'Europe mais dont les performances au MSI ne furent pas transcendantes, les 100 Thieves second seed des LCS NA et les G-Rex vus comme les moins forts des Play-In et totalement novices sur la scène internationale. Les Invictus Gaming commencent la compétition avec Duke comme titulaire au top et prennent le meilleur sur G-Rex pour leur premier match, notamment grâce à Rookie et Ning qui dominent cette partie de la tête et des épaules. Le second match contre Fnatic est tout aussi impressionant, Ning se baladant sur toute la carte pendant que JackeyLove et Baolan font souffrir Rekkles et Hylissang. Le troisième match voit la rentrée de TheShy et est un massacre, les Américains s'inclinant en à peine 20 minutes. Lors des matchs retours, les G-Rex se font balayer tandis que les Thieves résistent mieux grâce à un excellent AnDa, même si la domination de TheShy sur Ssumday offre finalement la victoire à son équipe. En revanche, les Invictus subissent un gros revers contre les Fnatic : Caps et Rekkles dominent leurs adversaires directs et la Fiora de TheShy n'est pas suffisante pour permettre à son équipe de sortir la tête de l'eau. Les Européens obtiennent donc le droit de disputer un tie-break et si le début de partie est équilibré, le meilleur teamfight des Fnatic leur permet de prendre la première place du groupe.

 

Seconds, les Invictus héritent de l'ogre KT, la même équipe qui les a battus lors des Rift Rivals. Au terme d'un match d'anthologie, qui pour beaucoup aura été le meilleur BO du tournoi, les Invictus l'emportent malgré la remontée fantastique de leurs adversaires qui, menés 2-0, réussissent à se sauver à une auto-attaque près du sweep. Les Chinois sont quand mêmes trop forts pour les Coréens car ils remportent l'ultime manche et partent défier une formation inattendue en demi-finale : les G2 Esports, qui viennent d'éliminer les favoris du tournoi, les RNG d'Uzi. (insérer lien vers l'article KT, paragraphe volontairement court pour ne pas faire doublon avec celui paru dans l'article sorti deux jours avant)

 

 

Les Invictus, qui ont bien appris de leurs adversaires, bannissent instanténament le Heimerdinger de Hjarnan, permettant à JackeyLove de dominer son opposant tandis que Rookie et son Jayce prennent le meilleur sur l'Aatrox de Perkz. Invictus mène alors 1 à 0 et la seconde manche ne diffère pas beaucoup de la première. Cette fois-ci, c'est TheShy qui domine Wunder, toujours dans un match-up Aatrox contre Jayce, tandis que la Leblanc de Rookie écrase l'Irelia de Perkz. Bien que lessivés après presque un mois de compétition intensive et une période de préparation plus courte du fait des finales régionales qu'ils ont dû disputer pour obtenir leur qualification, les G2 ne s'avouent pas vaincus dans la troisième reprise. L'équipe d'Ocelote prend un léger avantage en début de partie mais l'illusion est de courte durée. Les carrys des Invictus font pencher la balance en faveur de leur équipe, offrant une troisième finale à la région chinoise. Leurs adversaires sont les seuls avec KT à les avoir battus dans ce tournoi pour une finale inédite dont les deux participants sont issus de la même poule.

 

Avant le match, les Fnatic déclarent à qui veut l'entendre qu'ils se sentent confiants et qu'ils vont battre leurs adversaires pour ramener la coupe en Occident pour la première fois depuis la saison 1, et devenir ainsi la seconde équipe après SKT T1 à avoir remporté deux fois les championnats du monde. Les Invictus se chargent dès la première manche de les faire redescendre sur terre en acculant Bwipo, Broxah et Caps. Les deux sololaners européens ainsi que leur jungler sont écrasés par Rookie, Ning et TheShy, laissant leur équipe sombrer petit à petit. 21 kills à 6, 10 tours à 1 et une partie pliée en 27 minutes : la sanction est totale. Broxah décide donc de se concentrer sur la midlane pendant la deuxième reprise mais Ning est beaucoup plus efficace que lui et impose sa loi sur toute la carte. Bwipo craque complètement dans cette partie et laisse son adversaire direct prendre le dessus. Les entraîneurs Fnatic font finalement rentrer sOAZ dans un ultime espoir de renverser la vapeur mais cet espoir est annihilé en 25 minutes, car même si le King Baguette tient mieux son opposant que le toplaner belge, le Galio de Rookie décide de jouer autant sur sa ligne qu'en botlane, propulsant JackeyLove dans les étoiles et les Fnatic dans les ténèbres. Poursuivant sa domination sans partage, Ning appuie son équipe tout en empêchant Broxah de s'exprimer. Avec un 3-0 sec, les Invictus Gaming ramènent pour la première fois en Chine le plus beau des trophées après avoir éliminé les champions de la LCK et des LCS EU. L'équipe entière entre dans la légende.

 

 

To be continued...?

 

L'intersaison aura été relativement calme chez les champions. Baolan a resigné avec son équipe tandis que les contrats des autres joueurs ont été prolongés. Seule ombre au tableau : le départ de Kim Jeong-soo, rentré en Corée du Sud pour entraîner DAMWON Gaming. L'équipe Invictus pourra-t-elle s'inscrire dans la durée comme le firent en leur temps les SKT ou n'aura-t-elle été qu'une étoile filante comme les TPA ? Les joueurs devront maintenant apprendre à vivre avec le poids d'un titre de champion du monde sur les épaules et à gérer la pression qui l'accompagne. Début de réponse le 14 janvier 2019 avec la reprise de la LPL et leur premier match contre Topsports Gaming.

 

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Vlams

Nom : P.H.

Ville :

Twitter : Twitter

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Partage

Aucun commentaire pour le moment

Vidéos

Suivez nous
- HAUT DE PAGE