Accueil Apple Android
lol

Fnatic, le vol d'Icare

Par Waulk le 10/01/2019 à 14:12

Continuons notre tour d'horizon des équipes de 2018 avec une escale en Europe pour parler de l'équipe préférée du Vieux Continent : Fnatic.

 

L'année 2017 fut plutôt bonne pour l'équipe la plus titrée d'Europe : Rekkles et sOAZ font leur retour au sommet tandis que Broxah et Caps explosent. L'écurie en est convaincue : 2018 sera son année. Pour la préparer au mieux, Jesiz quitte le cinq de départ et UOL Hylissang vient occuper le poste de support titulaire. Youngbuck quitte les champions en titre G2 pour venir chez leurs rivaux avec la ferme intention de continuer à gagner, en tant qu'entraîneur, les titres qui lui avaient toujours échappé durant sa carrière de joueur. Le mercato des Fnatic se conclut avec l'arrivée d'un rookie remplaçant en toplane : Bwipo.

 

 

Longue vie aux rois !

 

La reprise des LCS ne se passe pas aussi bien que dans les espoirs des Fnatic. À l'issue de la troisième semaine, ils ne comptent que trois victoires pour autant de défaites. H2K, Vitality et Misfits sont venus à bout des quart de finalistes des championnats du monde, montrant ainsi que les équipes européennes ne sont pas décidées à se laisser impressionner par une belle performance à l'international. Comme le veut le meme, c'est à partir de la quatrième semaine que les joueurs de Youngbuck confirment leur statut de favoris. Ils ne connaissent qu'une seule défaite entre cette dernière et la fin de la saison régulière, une nouvelle fois contre Misfits. sOAZ, Broxah et Caps alternent entre eux les carrys et les personnages plus utilitaires, faisant des Fnatic une équipe contre laquelle il est difficile de réussir une bonne draft. Un souci subsiste quand même sous le soleil, le duo Rekkles/Hylissang n'étant pas aussi dominant que les fans pouvaient l'espérer. L'équipe met du temps avant de conclure ses parties, même lorsque celles-ci sont bien engagées (moyenne de 40 minutes sur le split entier). À l'orée des playoffs, plusieurs personnes s'interrogent : les rois de l'Europe sont-ils de retour ou les Fnatic ne sont-ils qu'un colosse aux pieds d'argile ? Avec 14 victoires pour 4 défaites, les joueurs sécurisent la première place du Spring Split, s'offrant un accès direct aux demi-finales. Le 28 mars, une nouvelle tombe : sOAZ s'est blessé à la main et sera remplacé par Bwipo pour tous les playoffs. L'inquiétude gagne peu à peu les fans qui se demandent si le jeune rookie pourra marcher dans les pas d'une des plus grandes légendes du jeu.

 

 

Leur premier adversaire de Fnatic est la Team Vitality, qui subit la fureur de Caps et Broxah sur la première manche. Avec deux personnages très agressifs (Zoé/Nidalee), les deux Danois gèlent littéralement les ailes des Abeilles avant d'envahir la ruche et de goûter le miel d'une première victoire. La deuxième game suit le même chemin, à la différence que cette fois-ci, c'est Bwipo qui est de la partie. Il parvient à tenir Cabochard qui avait pourtant l'avantage du match-up et son Gangplank arrive à peser sur toute la carte. Même si sa prestation est bonne, ce sont une fois de plus Caps et Broxah qui sont les véritables chefs d'orchestre de l'équipe. Les Vitality sauvent l'honneur lors de la troisième reprise, avec Gilius et Jiizuke qui décident d'aller camper en toplane, muselant totalement Bwipo. Les Fnatic n'arrivent pas à arrêter la tornade qui s'abat sur eux et voient leur adversaire revenir un peu au score. L'espoir sera de courte durée pour la structure française, les Fnatic reprenant le contrôle lors de la quatrième manche. Les Vitality ne gagnent sur aucune ligne et s'inclinent juste avant les 30 minutes. Les Fnatic ont gagné le droit de défier les G2 Esports pour reprendre leur trône. Les Samouraïs prennent l'avantage en début de première manche, forçant les Fnatic à leur courir derrière. Hylissang et ses partenaires parviennent à tenir suffisamment longtemps pour que Rekkles et sa Tristana atteignent leur pic de puissance, renversant la vapeur et accessoirement les G2. Caps et Rekkles imposent leurs styles lors de la seconde game là où Perkz et Hjarnan n'arrivent pas à les contenir, forçant leur équipe à s'incliner une nouvelle fois malgré l'excellent travail de Jankos. Ce sont Bwipo et son Sion qui marquent les esprits pour l'ultime partie, permettant l'envol de leur équipe et la fin de l'hégémonie G2 en Europe. Mission accomplie pour les Fnatic : ils sont de retour sur le trône ; même si leurs regards se portent déjà sur l'horizon, et le MSI.

 

Le Mid-Season Invitationnal ne démarre pas aussi bien que l'espéraient les fans européens. Les Fnatic se font balayer par l'équipe RNG, notamment Rekkles qui ne parvient pas à contenir Uzi. Le match suivant contre Flash Wolves ne voit aucune amélioration au niveau de la voie du bas chez Fnatic. Betty et SwordArt dominent le duo européen, et malgré un bon début de partie, Caps finit par perdre pied face à Maple. Brillant sur la première game, le midlaner Fnatic est dépassé sur la seconde, tandis que ni Broxah ni Bwipo n'arrivent à l'aider. L'espoir renaît pendant la troisième partie, où les joueurs de Youngbuck parviennent à venir à bout des Coréens de KING-ZONE, toujours grâce à leur midlaner mais également à Bwipo qui a réussi à tenir tête à Khan. Le choc NA vs EU tourne également à l'avantage des Européens, encore une fois portés par leur midlaner, et les rois de l'Europe concluent la phase aller par une victoire sur les Vietnamiens d'Evos. Le début de la phase retour voit à nouveau les RNG l'emporter sur les coéquipiers d'Hylissang, car malgré une bonne prestation des sololanes, Rekkles est à nouveau dominé par Uzi qui permet à son équipe de l'emporter une fois de plus. Contre les Wolves, les Européens jouent de manière très intelligente. Bien que surpassés lors des affrontements, leur gestion de la carte leur permet de dominer la partie et de remporter une victoire déterminante pour la suite du tournoi. Doublelift prend sa revanche sur Rekkles lors du match retour, sauvant l'honneur de Liquid et de NA alors dans la tourmente. Le Suédois continue de s'effondrer contre KING-ZONE, laissant PraY et GorillA faire la loi dans la Faille. Khan détruit Bwipo alors que Peanut massacre Broxah, et même Caps ne parvient pas à inquiéter Bdd. Les Européens sont alors en pleine crise de confiance et les EVOS en profitent aussi, laissant les champions des LCS EU finir la phase retour avec une victoire pour quatre défaites. Cela est néanmoins suffisant pour obtenir le droit de jouer un match tie-break pour une place en demi-finale contre leurs meilleurs ennemis : les NA. Touchés dans leur orgueil, les Européens se transcendent, notamment Rekkles, et parviennent à battre les coéquipiers d'Impact. Fnatic continue le tournoi et Team Liquid rentre à la maison.

 

 

Leurs adversaires sont les premiers de cette phase de groupe, les seuls que les Fnatic n'ont pas réussi à battre : Royal Never Give Up. La première manche est très difficile pour les supporters du Vieux Continent, les Fnatic ne parvenant pas inquiéter leurs adversaires, et une fois de plus, Rekkles et Hylissang s'inclinent lourdement face à Uzi et Ming. Le Suédois a quand même un sursaut d'orgueil durant la seconde partie et parvient à contenir son redoutable adversaire. Malheureusement pour les coéquipiers d'Hylissang, cette fois-ci, c'est au tour de Caps et Bwipo d'être dominés. Fnatic résiste mieux mais doit quand même s'incliner sous les assauts chinois après avoir dominé le milieu de partie. Il ne reste plus qu'une chance aux Européens pour ne pas rentrer à la maison et ils semblent prêts à la saisir. Le début de partie les voit prendre un léger avantage, avant que les RNG ne passent devant aux alentours de la 26ème minute. Les Fnatic plient mais ne rompent pas, attendant patiemment leur heure. Le miracle semble avoir lieu à la demi-heure de jeu et les Européens remontent petit à petit, reprenant même la tête à 37 minutes. Malgré cela, ils ne parviennent pas à concrétiser leur avantage et ce sont les RNG qui finissent par s'imposer sur une très faible différence à l'or. Le bilan de ce tournoi est assez amer car même si l'équipe n'a pas démérité, les prestations des joueurs et notamment du duobot n'ont pas toujours semblé à la hauteur du niveau international. Seuls Broxah et Caps ont fait un tournoi digne de leur rang, notamment le midlaner qui s'est imposé comme l'un des tout meilleurs à son poste. Pour sa première sortie internationale, Bwipo a rendu une copie intéressante et a été à la hauteur des attentes du public, même s'il lui faut encore progresser s'il veut autant briller sur cette scène qu'en Europe.

 

 

Au dessus, l'Empire Céleste

 

Le Summer Split des LCS EU débute alors avec des Fnatic plutôt fébriles. La première semaine est difficile et malgré une victoire, Rekkles est relégué sur le banc tandis que Bwipo prend sa place, en pleine tourmente des champions ADC dans la Faille. Le toplaner connaît des débuts mitigés sur la botlane, laissant les champions en titre connaître deux défaites supplémentaires lors de la phase aller de ce segment estival. Si un score de 6-3 n'est pas forcément mauvais, après le 8-1 de la phase retour du Spring Split, et surtout des défaites contre les rivaux Misfits, G2 et Splyce, les fans Fnatic ne sont pas rassurés. Les Rift Rivals ne les tranquilisent pas beaucoup plus car même si les Fnatic n'y connaissent qu'une seule défaite, celle-ci a lieu contre Team Liquid. Encore une fois, il n'y a pas grand chose à redire de la performance des coéquipiers de sOAZ mais une nouvelle défaite lors du match le plus important, contre une équipe à leur portée, a de quoi faire grincer des dents aux supporters. La phase retour des LCS EU est meilleure et voit aussi le retour de Rekkles après une absence de six semaines. Les Fnatic n'y connaissent que deux défaites, dont une alors que leur première place était déjà assurée. C'est donc avec 13 victoires pour 5 défaites qui les partenaires de Caps finissent pour la troisième fois consécutive à la première place de la saison régulière. Dans un remake du Spring Split, les champions en titre iront affronter Misfits en demi-finale, sachant que les Lapins sont l'équipe européenne à avoir le plus souvent battu les Fnatic cette saison.

 

Cependant, les champions en titre ne sont pas superstitieux. Bwipo, Broxah et Rekkles corrigent leurs adversaires lors de la première partie, le toplaner s'illustrant avec Ornn tandis que le Suédois démontre qu'il peut toujours battre n'importe qui en Europe en prenant le meilleur sur Hans Sama. Blessés dans leur orgueil, les Lapins reprennent la main lors de la seconde manche grâce à un incroyable Kindred joué par Maxlore. Les Fnatic ne peuvent rien faire et sont écrasés en moins de 30 minutes. sOAZ rentre alors, tandis que Caps verrouille Vayne. Cela pourrait ressembler au début d'une mauvaise blague et la domination des Misfits en début de partie fait couler des sueurs froides sur l'échine des fans. Heureusement pour Fnatic, Hans Sama commet une petite erreur de positionnement instantanément punie par Caps, créant une situation de fight favorable qui relance ainsi son équipe. Les champions ne laissent pas passer leur chance et remportent la troisième manche. L'équipe au Lapin refuse d'abandonner et domine à nouveau le début de partie dans la quatrième game. Caps leur met quand même une énorme pression avec sa Leblanc, empêchant leurs adversaires de prendre autant d'objectifs qu'ils ne l'auraient souhaité. Cela laisse le temps à Rekkles d'obtenir les trois objets nécessaires à l'envol de sa Sivir. Le sort des Misfits est scellé et les Fnatic iront disputer leur seconde finale consécutive. Ils y retrouvent les Schalke 04, dont le carry AD Upset humilie son homologue suédois sur la première manche, permettant à son équipe de marquer le premier point et forçant les entraîneurs Fnatic à faire à nouveau rentrer sOAZ. Les deux duos conservent les mêmes compositions lors de la seconde partie mais cette fois-ci, Rekkles parvient à tenir tête à Upset. Entre la Suède et l'Allemagne, il y a le Danemark, et c'est donc Caps qui porte la partie pour ses partenaires, infligeant un peu plus de 40 % des dégâts de son équipe. Il continue à museler Nukeduck lors de la troisième game, permettant à sa structure de prendre la tête dans cette finale. Sa domination ne s'arrête pas et permet aux Fnatic de remporter la quatrième manche malgré l'excellente prestation d'Upset sur Ezreal, qui infligne 41 % des dégâts de son équipe, l'Allemand ne pouvant contenir à lui seul des Fnatic en état de grâce. La couronne des LCS EU reste entre leurs mains tandis qu'ils s'assurent le premier seed européen pour les championnats du monde.

 

 

Le tirage au sort semble plutôt leur être favorable, les 100 Thieves étant une équipe qui n'a pas réussi sur la scène internationale lors du Rift Rival, alors que les G-Rex sont considérés comme étant l'équipe la moins forte des Play-In. Seuls les Invictus Gaming ont la capacité de poser problème aux champions des LCS EU. Lors des matchs allers, les deux outsiders ne font pas le poids, leur sort étant expédié en moins de 30 minutes alors qu'ils ne parviennent à prendre qu'une seule tour. En revanche, Invictus humilie la structure du Vieux Continent grâce à Ning et JackeyLove. Les Fnatic ne prennent que deux tours avant de perdre le match en 27 minutes avec un écart à l'or de 11 000. Contre G-Rex et 100 Thieves, les matchs retours ressemblent aux matchs allers : les Fnatic dominent de la tête et des épaules et même si l'équipe américaine résiste plus longtemps, elle n'est jamais en mesure d'inquiéter ses opposants. Le match retour contre IG voit le premier duel entre TheShy et Bwipo, Duke et sOAZ ayant joué la première rencontre. Rekkles et Hylissang prennent l'avantage sur le duo chinois alors que Caps et Bwipo contiennent les sololaners adverses. Les Fnatic se mettent en place, sécurisent des objectifs et remportent la partie en 28 minutes. Seulement, tout n'est pas encore joué, les deux équipes devant maintenant disputer un tie-break pour la première place. Duke rentre chez Invictus Gaming mais ne parvient pas à changer la décision finale : Caps et Rekkles sont un peu plus forts que Rookie et JackeyLove tandis que Bwipo muselle parfaitement l'Irelia de Duke, offrant aux Européens le premier seed du groupe D.

 

Ils retrouvent une équipe chinoise en quart de finale, un adversaire bien connu des Fnatic : EDward Gaming. La première game est une véritable leçon, l'Irelia de Caps se faisant écraser au mid par la Leblanc de Scout, le Danois n'infligeant que 700 points de dégâts de plus qu'Hylissang et son Alistar. Il faut aussi souligner l'excellente performance d'iBoy durant cette partie, ainsi que celle de Bwipo chez Fnatic qui a tenté sans succès de maintenir son équipe hors de l'eau. Mais les champions d'Europe se reprennent rapidement : durant la seconde reprise, Caps reprend Irelia après avoir banni la Leblanc de Scout et malmène à son tour son ennemi. Le duo Hylissang/Rekkles prend le meilleur en botlane avec l'aide bienvenue de Broxah. Même si le score ne lui rend pas justice, l'apport de Bwipo au cours de cette partie est non négligeable. La troisième manche est extrêmement disputée : les EDG prennent rapidement l'avantage aux kills et à l'or mais les Fnatic dominent sur la carte en prenant plus de tours. Les Européens remportent un teamfight à 26 minutes, leur laissant prendre un Dragon infernal puis le premier Baron, ce qui leur permet de revenir presque à égalité à l'or avec les EDG. Les Chinois n'abdiquent pas et malgré le retour en force des Fnatic, ils parviennent à surprendre deux joueurs et à les tuer, obtenant ainsi le second Baron. Les Europeéns se défendent bec et ongles et, après un teamfight victorieux, arrivent à enfoncer la base EDG et à récupérer le premier inhibiteur de la partie. Caps meurt cependant une nouvelle fois, laissant ses adversaires récupérer le Dragon ancestral. Une nouvelle phase défensive arrive pour les Européens qui tiennent à nouveau bon. Lorsque le Baron réapparait, les EDG tentent d'engager le combat contre leurs adversaires, mais se font instantanément punir, en perdant Ray. Les Fnatic tentent de faire le baron, mais Haro leur vole. Les Européens punissent leurs adversaires en tuant leur jungler et leur toplaner. Ils envahissent la base ennemie et détruisent le Nexus avant la réapparition des joueurs. Après 47 minutes, les champions d'Europe prennent enfin l'avantage dans ce BO5. La quatrième manche n'est pas aussi disputée car Bwipo parvient à prendre le meilleur sur Ray et emmène son équipe tout droit en demi-finale. Les Fnatic ont su tenir bon dans la tempête et font un pas de plus vers le titre suprême.

 

 

Ils retrouvent de vielles connaissances en demie, avec les Cloud9 emmenés par Jensen. Épuisés après les Play-In et un quart de finale contre les Freecs, les Américains se font balayer lors de la première manche. Seuls trois kills empêchent les Européens de réussir une perfect game face à leurs rivaux du Nouveau Monde. Les C9 tentent de surprendre leurs adversaires en mettant Sneaky sur Viktor pour la deuxième manche ; ils tiennent bon pendant les premières vingt minutes notamment grâce à un excellent Svenskeren, mais malgré cela, Bwipo et Caps surclassent Licorice et Jensen et un teamfight victorieux au Nashor permet aux Européens de s'envoler à l'or tout en récupérant le précieux buff. C9 ne revient pas et son Nexus tombe 5 minutes plus tard. La troisième partie est à peine plus longue et même si les Américains prennent l'avantage durant un court instant, les Fnatic les dépassent dans tous les domaines et obtiennent le droit d'aller disputer la seconde finale des championnats du monde de leur histoire. Ils feront face à leurs dauphins du groupe D, les Invictus Gaming, et semblent plutôt confiants en leurs chances...

 

 

Si près et pourtant si loin...

 

Nous ne saurons jamais vraiment ce qu'il s'est passé ce jour là. Certains Fnatic étaient-ils trop confiants, trop arrogants ? N'ont-ils pas eu d'adversaires suffisamment motivés pour scrim contre eux, les G2 étant lessivés et les équipe coréennes déçues de leurs prestations ? Ont-ils été surpris par le niveau de Chinois plus motivés que lors de la phase de poules ? Se sont-ils fait surprendre par des stratégies inattendues ? Ont-ils eu le trac au moment décisif ? Ou bien tout simplement, est-ce que ce jour là les Invictus Gaming étaient trop forts pour eux ? Les fans européens ont bien entendu été déçus de cette performance, surtout après l'attitude des joueurs avant la finale. Les victoires obtenues en phase de groupes nous avaient montré que l'adversaire était à la portée des champions des LCS EU et qu'il y avait moyen de gagner. Il ne faut malgré tout ne pas oublier que beaucoup d'entre nous se seraient largement contentés d'une finale au début des championnats du monde, et que globalement, Fnatic nous a offert cette année la plus belle épopée européenne depuis 2015 (aidés par G2 et Vitality). Les départs de sOAZ et Caps, et l'arrivée de Nemesis, seront un nouveau défi à relever pour la structure européenne la plus titrée. Pourra-t-elle maintenir son hégémonie sur la scène européenne ?

 

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Vlams

Nom : P.H.

Ville :

Twitter : Twitter

Partage

Netharya le 10/01/2019 à 14:5210 Jan 2019 à 14h52#1
Merci
GUANDi le 10/01/2019 à 16:5310 Jan 2019 à 16h53#2
Evidemment qu'elle pourra continuer son hégémonie, c'est comme au foot, les cycles changent et ils sont au début d'un nouveau plein de succès!
Comme l'a dit Broxah, il reste copain avec caps mais espère que Nemesis va le détruire à chaque 1v1!
#FNCWIN
Emtei le 10/01/2019 à 16:5410 Jan 2019 à 16h54#3
Mais bien sûr!
cediabledeCJP le 10/01/2019 à 17:0310 Jan 2019 à 17h03#4
Pour la 3ème game contre EDG, contrairement à ce qui est écrit ici c'est bien Fnatic qui fait le dernier baron et se le font steal mais cela coûte deux kill à EDG (la Camille go in et se fait instant après le smite et la poppy TP dans le back et se fait instant catch) ce qui laisse EDG en 3v5 pendant plus d'une minute et permet à Fnatic de win la game
MoonHith le 10/01/2019 à 17:1510 Jan 2019 à 17h15#5
En réponse a #2Va vraiment falloir qu'il sois exceptionnel alors Nemesis pour exploser caps en 1v1, même perkz c'est fait dérouiller et bien d'autre encore.
Gamble le 10/01/2019 à 17:3010 Jan 2019 à 17h30#6
Vraiment intéressant, comme d'habitude, merci!

Je suis impatient de les voir à l'oeuvre cette année, j'espère qu'ils nous feront réver comme en 2018..
Emtei le 10/01/2019 à 17:3410 Jan 2019 à 17h34#7
En réponse a #5On disait la même chose de Perkz avant et on a vu Caps le 1v1 dès le début du split, pourquoi ne pas croire au même exploit avec caps et Nemesis? :)
JerichoD le 10/01/2019 à 17:3910 Jan 2019 à 17h39#8
Ils gardent le meilleur jungler d'Europe et top2 World.
Ils gardent le meilleur adc d'Europe et top3 World (n'en déplaise t aux haineux)
Ils ont probablement un des futurs meilleurs top du monde.
Ils gardent un des meilleurs support EUW et le meilleur coach/manager euw.
Ils rajoutent a ça un meilleur coaching staff.

La seule chose qui change, c'est la midlane. Alors ils perdent certes le meilleur mid occidental et top2 World, un excellent playmaker et un joueur attirant les focus, c'est incontestable, et vont tenter un pari mais qui peut mieux marcher.

En effet, Nemesis semble bon mécaniquement quand même, et semble plus polyvalent. Dans tout les cas, Fnatic a toujours eu du flair au niveau des jeunes talents.
Je pense que la plus grosse pertes sera au niveau de Soaz, son expérience, sa solidité et le fait d'avoir un 6eme joueur. Mais ça veut rien dire.
Je les vois gagner le Spring. Le summer sera sûrement + difficile avec Misfits et Vitality par contre.
Waulk le 10/01/2019 à 17:5910 Jan 2019 à 17h59#9
En réponse a #4Effectivement, ma mémoire m'a joué des tours. Je me souvenais que la situation avait été débloquée suite à une initiative des EDG, mais c'était une tentative d'engagement de Ray, punie par les Fnatics, qui avaient ensuite tenté de faire le baron. J'ai réécrit cette partie de l'article, merci de votre vigilance.
ThylowZ le 10/01/2019 à 18:3910 Jan 2019 à 18h39#10
Tres sympa à lire, beau boulot.

Je trouve juste regrettable l'emploi de termes souvent trop forts pour décrire des match-up individuels alors que ceux-ci, à ce niveau, dépendent souvent d'une stratégie de team bien particulière.

Bref, un peu trop de "machin ridiculise truc", "bidule est plus fort que machin" à mon goût.
Yesclem le 10/01/2019 à 19:0410 Jan 2019 à 19h04#11 Edité par Yesclem le 10/01/2019 à 19:09
En réponse a #8pas trop d'accord Broxah c'est oui largement l'un des best jungle 2018 voir le best vue la perf de kt au World
bwipo n'a pas encore le niveaux d'un best top World il meurt trop je le vois plus en best TOP euw et World en devenir , rekkles a step up mais hans-samaXgorrila ou upsetXignar et attention y a pas mal de jeunes en LEC qui arrive jeskla patrick (sheriff)sont meilleurs en lane et pour moi hyllisang est assez faible comparé au monstres broxah rekkles j'aimerais le voir step up pour croire a un fnatic qui gagne le split

Sinon fnatic 2019 c'est potentiellement meilleur que fnatic 2018 (on verra en fin de saison)
L'équipe fnatic sera plus polyvalente nemesis et bwipo semble vraiment polyvalent pas comme caps ou soaz (caps est capable de tout jouer mais sont style de jeux reste similaire sans trop changer).


Cette équipe sera potentiellement plus forte vue la polyvalence , l'agrandissement du staff , l'expérience gagner et vue les line up en LEC il vont avoir un très bon entrainement sur toute l'année avec des style de jeux différent et des laner très fort +++

Vraiment hate de voir la LEC et l'europe au World
JerichoD le 10/01/2019 à 20:5410 Jan 2019 à 20h54#12
En réponse a #11Je l'ai dit pour Bwipo, futur meilleur !
Pour Rekkles, on arrête pas de dire ça et au final... Il a été le meilleur joueur des World chez Fnatic au niveau régularité, il est revenu alors qu'on le croyait mort après la maj des mages et au final, il est la !
Hans, Upset et ces jeunes sont excellents en lane, mais Rekkles a le sens du placement, du flash parfait et une science du timing que les.jeunes n'ont pas encore. Je rappel qu'il a pas rougis contre Iboy et Jackeylove !

Hillyssang meurt beaucoup oui, mais il est un bon protecteur d'ad carry et c'est ce qu'il faut a un joueur comme Rekkles ! On voyait la duolane être là faiblesse durant ces worlds et ils ont été leur régularité !

Sinon oui Bwipo a montré son efficacité sur les tanks et carry, de même que Nemesis qui sait faire le dos rond là où Caps ne sait jouer que l'aggro !
MoonHith le 10/01/2019 à 22:0110 Jan 2019 à 22h01#13
En réponse a #12Justement je trouve que Hillyssang et Rekkles sa colle pas vraiment perso, Hilly joue super aggro et rekkles joue la lane, c'est justement pour sa que Bwipo lui était passé devant, upset-Ignar, Hans-gorrilla et même Mikyx-perkz(même si on connais pas son niveau sur des carry ad il jouais super aggro au mid), chacun son avis mais pour moi les 3 duo que j'ai cité sont au dessus du duo des FNC sur le moment bien sur.
cediabledeCJP le 10/01/2019 à 22:4710 Jan 2019 à 22h47#14
En réponse a #13Hmm oui et non, le fait que Rekkles préfère jouer sa lane safe ça permet à Hyllissang d'énormément roamer, et ses roam sont une raison majeur de leur victoire en poule contre IG, perso je trouve qu'Hyllissang est un support exceptionnel et qui sinergyse bien avec Rekkles d'une façon differente des duos full aggro ou full passif, après c'est sur qu'1 ou 2 pick agressif pourrais faire du bien à Rekkles mais apparemment il joue beaucoup de MF en ce moment.
Seijoumizu le 11/01/2019 à 07:4111 Jan 2019 à 07h41#15
Je trouve que FNC a perdu gros à ce mercato. Bwipo est bon, mais franchement sur les matchs joués il n'y avait pas de concurrence aux worlds hormis IG. Son avantage c'est qu'il est hyper polyvalent, mais j'ai pas été non plus hyper impressionné par son jeu. On ajoute à ça la perte de leur hyper carry, ça fait beaucoup.
Après oui FNC a souvent bien géré les changements de roster comme ça, a voir donc ce que deviendra Nemesis. Mais s'il est pas assez dominant, fnc retombera dans une rekkles dépendance !
Ophius le 11/01/2019 à 09:2111 Jan 2019 à 09h21#16
En réponse a #8Non. Broxah n'est pas top 2 world, il est dans le top 5 oui , mais il y a bien deux chinois et deux coréens devant lui.
Non , Bwipo n'est pas top 1 ou en devenir, sa marge de progression est encore énorme et sur ce point la, j'ai trouvé plus impressionnant cabochard au world avec vita que bwipo avec fnatic ( sans parler du fait que bwipo a totalement choc en finale, et c'est en parti à cause de lui que fnatic s'est fait dérouillé )
Non, Rekkles n'est pas top 3. Rekkles est un excellent adc, mais pas un adc clutch. Et c'est bien pour ça qu'il n'est pas dans le top 3. Rekkles, c'est le ucal des adc. Toujours propre, toujours constant, il fait son taff, mais si son équipe est derrière , il carry pas. ( plus ? )

Hylli un des meilleur support EU, c'est la seule chose de vrai dans ton post.

Donc je veux bien qu'on soit fan de fnatic, c'est même très bien , mais faut savoir aussi parler avec sa tête et pas avec son coeur. ;)
JerichoD le 11/01/2019 à 14:2811 Jan 2019 à 14h28#17
En réponse a #16Libre à toi de dire ce que tu veux, de même pour moi !
Je parle avec la tete, Broxah a été un des tout meilleurs jungler du monde et a part Ning sur certaines games, aucun n'a été vraiment meilleur et plus régulier que lui, et ce n'est pas que mon avis mais aussi de certaines personne de la scène pro.
Je vois pas en quoi Cabochard a été + impressionnant, oublions pas que c'est la première année pro de Bwipo, donc il a la marge pour le devenir, je vois pas ce qu'il y'a de faux dedans.
Il ne carry pas quand sa team est derrière ? Non là c'est de la mauvaise fois je suis désolé !
Bref chacun son avis, mais tu ne peux venir affirmer que je parle pas avec ma tête, sinon j'aurais dit que Fnatic méritait la victoire final, que Bwipo et Hyllisang sont les meilleurs a leur poste alors que en Europe ils ne le sont même pas bref
JeffFlecher le 14/01/2019 à 13:1614 Jan 2019 à 13h16#18
Je continue de soutenir Fnatic tout de même

Vidéos

Suivez nous
- HAUT DE PAGE