Accueil Apple Android
lol

C9, un peu plus près des étoiles

Par Waulk le 07/01/2019 à 15:08

Tout comme l'année dernière, la rédaction vous propose un tour d'horizon des équipes ayant marqué la saison 8. Nous commençons notre voyage par une escale en Amérique du Nord avec Cloud9.

 

Après avoir une fois de plus réalisé le meilleur résultat américain des championnats du monde en saison 7 en atteignant les quarts de finale, les C9 ne sont pas satisfaits. La défaite 3-2 contre Team WE est difficile, mais une fois de plus, les LCS NA ne dépassent pas le premier match à élimination directe.

 

Le mercato ne leur semble pas spécialement favorable avec les départs d'Impact et de Ray en toplane, qui laissent leur place à Licorice. Si le toplaner américain s'est illustré dans les Challenger Series, les observateurs doutent de sa capacité à être décisif dans la meilleure ligue du continent, sans même parler d'avoir le niveau d'Impact. Ce n'est pas le seul changement au sein de l'équipe, Contractz étant remplacé par Svenskeren. Le Danois ayant été le plus gros point faible de TSM en 2017, son arrivée n'est, elle non plus, pas forcément considérée comme une amélioration.

 

 

Devenir plus forts à chaque fois qu'ils frôlent la mort

 

Le début de la saison semble vouloir donner tort à tout le monde. Au bout de quatre semaines de compétition, l'équipe partage la tête des LCS NA avec les surprenants Echo Fox, en ayant remporté sept victoires pour une seule défaite. Licorice a fait taire toutes les critiques en s'illustrant sur différents carrys comme Kled, Camille et Vladimir. La cinquième semaine voit l'arrivée du patch 8.3 et le retour des tanks sur la voie du haut. Les C9 parviennent à gagner leur classico contre TSM, mais perdent leur premier match retour contre le leader Echo Fox. L'état de grâce est terminé pour la structure de Jack Etienne, et après huit victoires obtenues durant la phase aller, l'équipe sombre lors des matchs retours avec trois victoires pour six défaites (soit 12-8 au total). Le changement de meta sur les tanks les met en en difficulté, Licorice perdant totalement l'influence qu'il exercait avant sur les stratégies C9 malgré des picks plutôt offensifs comme Gnar et Gangplank.

 

Pointer la responsabilité sur le seul toplaner serait injuste, les drafts de Reapered étant également questionnables. C9 tente souvent de jouer avec deux carrys late game (Azir/Cassiopeia mid, Xayah/Caitlyn/Tristana bot) tout en comptant sur Licorice et Svenskeren pour tenir le midgame. Cependant, à l'issue de la saison régulière, ils sont à égalité avec quatre autres équipes : Team SoloMid, Team Liquid et Clutch Gaming. Le premier tiebreaker les voit s'opposer aux Liquid, et l'équipe de Doublelift ne fait qu'une bouchée d'eux, le Jhin du carry AD star et le Ryze de Pobelter écrasant la Xayah de Sneaky et la Cassio de Jensen, pendant que Licorice et son Shen ne peuvent rien faire face au Cho'Gath d'Impact. Dans un sursaut d'orgueil, les joueurs battent Clutch Gaming lors du tie-breaker pour la cinquième place grâce à une draft beaucoup plus midgame avec un Galio pour Jensen et un Licorice dominateur sur Camille, l'équipe obtenant ainsi le droit de prendre sa revanche sur les Liquid, qui sont alors encore les éternels quatrièmes des LCS NA, les mêmes qui les ont battus juste avant. Néanmoins, Impact a rejoint cette équipe pour briser le meme de la quatrième place et réussira à le faire lors de ces playoffs, offrant le trophée à sa nouvelle formation en ne concédant qu'une seule manche en demi-finale contre Echo Fox.

 

Humiliés 3-0 en quart avec Licorice et Sneaky qui n'arrivent pas à tenir tête à leurs adversaires directs, les C9 regardent une fois de plus le MSI de leur gaming house, préparant leur revanche pour le segment d'été.

 

 

Les dirigeants décident de prendre le taureau par les cornes pour la seconde partie de la saison en recrutant Rapidstar comme entraîneur assistant et en faisant passer Goldenglue, Keith et Zeyzal de l'équipe académique à l'équipe principale. Les résultats ne sont pas spécialement au rendez-vous : l'équipe se cherche, alterne joueurs et stratégies et tentent même de faire jouer Goldenglue mid et Jensen en ADC avec un mage. Licorice ne tire pas son épingle du jeu, que ce soit sur des tanks ou des carrys, mais le pire vient de Svenskeren qui, malgré le fait qu'il parvienne souvent à mettre la main sur Nocturne, le champion OP du moment, n'arrive pas du tout à porter son équipe. Les C9 terminent la phase aller des LCS NA Summer à la dixième et dernière place avec seulement trois victoires. Cependant, un déclic a lieu lors de l'ultime match aller avec l'arrivée de Blaber et son pick signature Kindred pour remplacer Svenskeren dans la jungle. Après une dernière défaite lors du premier match retour contre OpTic Gaming, les C9 reviennent dans la course en remportant les huit rencontres suivantes. Blaber est bien plus efficace que le Danois sur les carrys tandis que l'équipe met au point la tactique dite du "Je ne veux pas mourir messire !". Leur composition type pour cette seconde partie de segment serait : Mundo, Kindred, Zilean, Quinn, Braum. Les titulaires semblent enfin s'imposer, avec Blaber et Zeyzal qui remplacent de manière constante Svenskeren et Smoothie.

 

Cette prestation leur permet d'assurer la seconde place dans la ligue, à une victoire de Team Liquid. La demi-finale du Summer Split les oppose à leurs vieux rivaux de TSM, et malgré un bon départ de Bjergsen et ses partenaires, ce sont finalement les C9 qui s'imposent 3 à 2 grâce au retour de Svenskeren qui offre les deux dernières games à son équipe. L'ancien membre des TSM montre à son ancienne structure qu'il a toujours les moyens de carry pourvu qu'il ait le bon champion : Graves. L'influence de Blaber ne doit pas être oubliée, car même après la rentrée de l'ancien duo de Bjergsen, Kindred continue d'être bannie. Cependant, malgré la volonté de prendre une revanche sur l'équipe d'Impact, la finale est sans appel. Les C9 sont balayés 3-0 par Team Liquid, que ce soit avec des compositions agressives ou plus défensives et avec Blaber ou Svenskeren, mais sans Kindred, bannie sur les trois manches, de même que Zilean lors de deux manches. Leur mauvais résultat du Spring Split les force à passer une fois de plus par les qualifications régionales pour espérer obtenir le précieux sésame des championnats du monde. Le message est cependant passé, C9 est à nouveau une équipe qui fait peur, les joueurs ayant réussi à se relever après un début de saison catastrophique.

 

Leur deuxième place au Summer Split les fait accéder directement à la finale, et rencontrer une fois de plus leurs meilleurs ennemis : TSM. Cette fois-ci, Blaber ne craque pas sous la pression, tandis que Licorice retrouve sa maestria du début du Spring Split avec Hecarim. Les C9 proposent un jeu bien plus agressif que celui auquel les équipes principales d'autres régions nous ont habitué. Si Jensen appuie sur le côté utilitaire lors de la première game avec un Galio, les C9 jouent les deux suivantes avec quatre carrys, leur seul outil de temporisation venant de l'Alistar de Zeyzal. TSM est battu sans contestation 3-0 et regardera les Worlds depuis la maison pour la première fois de l'histoire de la structure. En se qualifiant une fois de plus, C9 reste la seule équipe avec EDG à n'avoir manqué aucune qualification aux Worlds depuis son arrivée sur le circuit (2013 pour C9, 2014 pour EDG).

 

 

Stairway to Heaven

 

Pour les Play-In des Worlds, la structure américaine obtient un tirage au sort plutôt favorable : son groupe se compose des Japonais de Detonation FocusMe et des Brésiliens de KaBuM! e-Sports, Brésiliens qui ne font plus figure d'épouvantail comme la région l'était auparavant. Leurs matchs de groupes ne sont pas spécialement convaincants malgré un parcours sans faute : que ce soit d'un point de vue macro ou d'un point de vue mécanique, les C9 semble à peine au dessus de leurs adversaires et comptent sur un Sneaky de gala pour maintenir l'équipe à flot. Ils perdent fréquemment des objectifs neutres importants (Barons, Dragons infernaux et ancestraux) sans réellement obtenir une compensation suffisante ailleurs sur la carte, et même sur des champions censés dominer leurs adversaires, Licorice (Lissandra) et Sneaky (Draven) ne sont pas spécialement convaincants. Même Jensen, sur des champions pouvant se déplacer facilement (Galio/Ryze), ne parvient pas à réellement donner l'avantage à ses partenaires sur la carte. Seule leur science des combats groupés permet aux C9 de battre leurs opposants, et ils sont l'une des équipes finissant ses parties avec le moins d'avance à l'or sur ses adversaires.

 

Pour le match décisif, la formation hérite de Gambit, un tirage relativement chanceux, les Est-Européens n'ayant pas réussi à prendre une seule fois l'avantage sur les G-Rex qui étaient pourtant pressentis comme l'équipe issue d'une région majeure la plus faible. La première manche semble se dérouler comme dans un rêve, Sneaky sur Kai'Sa domine Lodik et son Lucian tandis qu'une fois encore la Kindred de Blaber mène la vie dure au Nocturne de Diamondprox. Avec une victoire en 26 minutes avec 13 000 golds d'avance, les fans respirent enfin : C9 semble avoir retrouvé son League of Legends. Leurs adversaires n'ont cependant pas dit leur dernier mot et dominent la seconde game, emmenés par un Lodik bien décidé à prendre sa revanche sur Sneaky. Les étoiles s'alignent pour l'équipe CIS qui parvient à récupérer trois Dragons infernaux et peut conclure la partie en 36 minutes. Si les feuilles des scores évoquent un stomp de la part des Gambit, les Américains n'ont que 4 000 pièces d'or de retard à l'issue de cette seconde manche. Sneaky choisit de prendre Draven afin de rappeler à Lodik qui est le meilleur ADC, mais ce sont finalement Jensen et son Ryze ainsi que Svenskeren (rentré à la place de Blaber) et sa Taliyah qui arbitrent cette partie tandis que Licorice et son Singed obligent le Sion de PvPStejos à rester sur la toplane, privant son équipe d'un soutien majeur. Vexés, les sololaners Gambit prennent leur revanche lors de la quatrième manche, les joueurs C9 n'arrivant ni à voir venir Diamond ni à résister à la Leblanc de Kira.

 

Après une victoire bien plus convaincante que celle de la seconde manche, les coéquipiers d'Edward sont prêts à rejouer le vieil affrontement des années 80 : les pays de l'est contre les États-Unis, les Rouges contre les Bleus, et le monde retient son souffle en attendant l'explosion finale.

 

 

Mais telle l'URSS de la fin des années 80, les Gambit ne font illusion que sur la carte en récupérant plus de Dragons que les Américains, revenus sur une composition orientée sur le teamfight, avec le Graves de Svenskeren pour porter le début de partie. L'affrontement épique attendu n'aura finalement pas lieu avec des C9 dominant la carte et la partie de la tête et des épaules. Sneaky conclut son duel avec Lodik avec un score de 6/1/5 et 32,7 % des dégâts de son équipe sur cette dernière manche. Les C9 avancent jusqu'à l'évènement principal, héritant d'un groupe apparemment hors de leur portée. Devant eux se dressent les vainqueurs des Worlds 2017, les anciens Samsung devenus Generation Gaming, et les RNG d'Uzi, favoris du tournoi après leur victoire en LPL et au MSI. Est aussi présente Team Vitality, l'équipe surprise de l'Europe avec son jeu très agressif, pouvant surprendre même les meilleurs. La première partie contre RNG n'est pas une surprise et voit les C9 être surclassés dans tous les compartiments du jeu. Seul Licorice, avec un match up très positif (Urgot contre Shen), parvient à tenir la baraque.

 

C9 s'incline mais l'espoir ne meurt pas : Gen.G ayant perdu son premier match contre Vitality, la seconde place semble encore envisageable. La deuxième rencontre voit justement les Américains affronter les Européens, et malgré une belle prestation de part et d'autre, C9 l'emporte au bout de 47 minutes en remontant un retard de 7 000 gold. Une fois de plus, la science des 5v5 des coéquipiers de Svenskeren leur a permis de revenir dans une game mal engagée. C9 pense alors avoir réalisé la bonne opération en ayant pris le meilleur sur les européens alors que les Coréens de Gen.G sont en pleine tourmente. Les champions du monde en titre se réveillent pour l'ultime match de la phase aller, détruisant le troisième seed américain en 24 minutes. Il n'y a rien d'autre à dire sur ce match si ce n'est qu'il n'y avait qu'une seule équipe dans la Faille de l'invocateur. La deuxième phase commence, celle qui coûte chaque année la qualification aux équipes des LCS NA. mais même s'ils mettent plus de temps que les Coréens lors de la phase aller, C9 livre alors son match le plus convaincant depuis le début de l'événement principal, empêchant Gen.G de prendre une seule tour, un seul Dragon ni un seul Baron. Ce match est déterminant pour la suite, car Licorice avec son Hecarim prend le meilleur sur CuVee, tandis que la Leblanc de Jensen explose le Ryze de Crown.

 

Cette victoire permet enfin à Svenskeren de briser sa malédiction sur Nocturne. Un obstacle de taille se dresse alors sur leur route : RNG. Les Chinois choisissent une composition très résistante avec Uzi pour seul carry, mais les C9 ne laisseront pas la star de la LPL acquérir suffisamment d'objets pour porter son équipe. Le Nexus des favoris tombe en 30 minutes, ouvrant une voie royale vers les quarts de finale. Royale ? Peut être pas, car un dernier mur se dresse devant les partenaires de Zeyzal : Team Vitality. Ayant remporté leurs deux matchs contre les équipes asiatiques, Cabochard et ses coéquipiers peuvent aussi prétendre à une qualification directe s'ils prennent le dessus sur l'équipe américaine. Une fois n'est pas coutume, Yamato rate sa draft en laissant Cabochard et Sion faire face au Singed de Licorice tandis que Jensen met la main sur Zilean pour la première fois depuis les Play-In. Il suffira d'un teamfight bien négocié suivi d'un Nashor pour que s'effrondrent les Abeilles ainsi que les espoirs européens de voir leurs trois équipes passer les poules pour la première fois. La folle journée des C9 ne s'arrête néanmoins pas là car il leur reste un dernier adversaire à affronter pour décider de la première place du groupe : les RNG. Cependant, l'équipe chinoise a appris de ses erreurs et se présentent avec quatre carrys cette fois-ci. La partie est très serrée et l'écart insignifiant jusqu'à un teamfight décisif à 38 minutes qui permet aux champions de la LPL de finir la game avant la réapparition des joueurs de Reapered. Malgré cette défaite, C9 a fait plus que remplir son contrat en se sortant d'un groupe où les places qualificatives semblaient promises à l'Est.

 

 

Les C9 sont donc en quart, et leur adversaire vient du pays du Matin Frais : Afreeca Freecs, second seed de la LCK. Si vous suivez nos articles depuis quelques années, vous vous souviendrez sans doute que cette équipe a deux facettes, Docteur Afreeca capable de mettre une perfect game à n'importe quelle équipe au monde et Mr Freecs tout aussi capable de perdre contre une équipe bien inférieure. C'est ce dernier qui fera son entrée en prenant un Kassadin pour Kuro tout en laissant Jensen sur le Leblanc. Le Danois lui fera payer cher cette insolence en détruisant son vis à vis, permettant ainsi à Svenskeren de prendre l'avantage sur Spirit dans la jungle et à sa duolane de mettre en difficulté Kramer et TusiN. Kiin tient comme il peut au top et parvient même à prendre un léger avantage sur Licorice. Cela n'est pas suffisant pour permettre à son équipe de tenir et les C9 remportent logiquement la première manche. Pour la seconde partie, iloveoov décide de faire entrer Mowgli et choisit une composition bien plus équilibrée. Cependant, Svenskeren parvient à mettre la main sur Graves et devient le premier de cordée de son équipe. Remplacé lors du Summer Split à cause de son incapacité à être efficace sur des carrys, il prend ainsi sa plus belle revanche en récoltant les fruits de son travail devant le monde entier. Malgré la domination de Kuro et de Kiin sur leurs lanes, ce sont bel et bien les C9 qui les surpassent sur la carte en trouvant le pick-up décisif à 23 minutes, ce qui leur permet de faire le Nashor et de s'envoler pour remporter cette deuxième partie.

 

Les Américains ne sont alors qu'à une seule manche de l'exploit. La draft de la troisième game ne rassure pas spécialement les fans de la structure occidentale, Svenskeren ayant repris Nocturne tandis que Licorice, dominé lors des deux premières, se retrouve à affronter un Gangplank avec Ornn. Vade Retro, fans de peu de foi ! Alors que les C9 sont dominés, que la botlane et Svenskeren sont morts à 20 minutes et que les Freecs vont au Nashor, Jensen et Licorice se jettent dans la mêlée. Le premier tue Spirit tandis que le second récupère le Baron tant convoité. Les C9 reprennent la partie en main à partir de ce moment et ne la laissent plus filer. Le Nexus coréen tombe 13 minutes plus tard, laissant C9 écrire l'une des plus belles pages mondiales des LCS NA depuis la saison 6 et la finale du MSI disputée par CLG. Pour la première fois en sept ans, une équipe américaine est présente en demi-finale des championnats du monde.

 

 

Et maintenant, le Nirvana ?

 

Pour parvenir en demi-finale, C9 a tout donné. N'ayant plus rien à montrer et avec des joueurs épuisés par 28 jours de compétition et de stress intenses, sans même compter les mois de préparation avant cela, l'équipe ne parvient pas à résister aux Fnatic. Cette défaite n'enlève rien au mérite de cette équipe qui, malgré deux rookies sur la scène internationale (trois en comptant Blaber), est parvenue à se sortir d'un groupe bien plus serré que prévu. À l'aube de la saison 9, la structure n'a pas réussit à garder Jensen, mais Nisqy est venu épauler Goldenglue, voire même acquérir une place de titulaire. L'équipe a réussi à porter Licorice et Zeyzal non pas au sommet des LCS NA, mais carrément au sommet du monde. De son côté, Blaber ne demande qu'à exploser lui aussi en 2019, sous l'œil d'un Svenskeren toujours assoiffé de victoire. Leur premier défi sera de remporter les LCS NA pour renouer avec un titre qui leur échappe depuis le Spring Split 2014, avant de retourner défier le reste de la planète.

 

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Vlams

Nom : P.H.

Ville :

Twitter : Twitter

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Partage

Yesclem le 07/01/2019 à 15:4207 Jan 2019 à 15h42#1 Edité par Yesclem le 07/01/2019 à 15:42
Merci pour ce belle articles je suis impatient de voir le choix pour l'europe car
fnatic part en final des world et domine les lcseu
G2 sorte enfin des groupes et gagne contre RNG et fonce en demi
VIT se qualifie pour la 1er fois il crée des exploit contre GEN / RNG avec un magnifique discourt de yamato.
Waulk le 08/01/2019 à 10:4008 Jan 2019 à 10h40#2
En réponse a #1Le choix pour l'Europe? Ben H2K, y'avait vraiment débat ?

Vid�os

Kinguin
Suivez nous
- HAUT DE PAGE