Accueil Apple Android
rl

[Edito] Rocket League : meilleure simu' de foot ?

Par Redaction le 06/08/2018 à 13:08

 

 

Boyan, co-fondateur du média Rocket Baguette, dédié comme vous avez pu le deviner à l'esport Rocket League, a souhaité partager une petite ôde à son jeu de prédilection rédigée par ses soins. Vous pouvez la lire ci-dessous.

 

 

Rocket League est-il la meilleure simulation de football ?

 

Lorsqu’on évoque le terme de « simulation de football », on pense inévitablement aux franchises FIFA et PES. En regardant de plus près les mécaniques de jeu proposées, on réalise qu’on est plutôt loin de celles du football. Loin de ces superpuissances marketing, le studio indépendant Psyonix a créé un univers qui, au prix de quelques libertés créatives, place le joueur au cœur de sa relation avec un ballon, faisant de Rocket League un sérieux candidat au titre de meilleure simulation de football. 

 

Dans la prospère industrie du jeu vidéo, le football tient, comme partout ailleurs, une place de choix. Chaque année, les « jeux de foot » s’écoulent à des millions d’exemplaires, profitant de l’excitation des passionnés à chaque début de saison. EA Sports et Konami, éditeurs des deux principales franchises, se contentent depuis 25 ans maintenant de jeux dont la différence, d’une année sur l’autre, n’est pas visible à l’œil nu. Lorsqu’on regarde l’évolution en terme de gameplay, on s’aperçoit que les mécaniques sont les mêmes. Dans FIFA Soccer 95 tout comme dans FIFA 18, la touche A sert à tirer et la touche B à faire une passe. La réussite de ces gestes ne dépend pas du joueur, mais des compétences attribuées aux avatars qu’il contrôle. 

 

toucherdeballe

Le toucher de balle, aspect importantissime de Rocket League

 

Avec chaque nouvel opus, ces mastodontes revendiquent toujours plus de réalisme. Les stars du football sont modélisées à la perfection, on peut même distinguer certaines manières de prendre son élan ou de frapper le ballon, propres à tel ou tel joueur. Aujourd’hui, ces jeux ressemblent comme deux gouttes d’eau, effectivement, aux retransmissions télévisées de rencontres professionnelles. Est-ce bien cela que l’on doit attendre d’une simulation de football ? 

 

Pour répondre à cette question, il faut au préalable définir deux choses. Simulation et football. Pour « Simulation », voilà ce que dit le Larousse : « Représentation du comportement d'un processus physique au moyen d'un modèle matériel dont les paramètres et les variables sont les images de ceux du processus étudié ». Pour « Football » : « Sport dans lequel deux équipes de onze joueurs chacune cherchent à envoyer dans le but adverse un ballon sphérique, avec les pieds, la tête ou toute autre partie du corps (excepté la main ou le bras) ». 

 

Sans contestation possible, la partie football correspond. Mais pour le côté simulation, le doute est permis. Le processus physique d’envoi du ballon est mis de côté. Les aspects de contrôle et de touche de balle sont considérés comme acquis et, de ce fait, sont complètement délaissés. Or, l’essence de ce sport, ne réside-t-elle pas dans cette relation entre le corps et le ballon ? 

 

Ce qui rend le football si complexe, si riche et donc si passionnant, ce sont les propriétés physiques d’un ballon dans le contexte de la gravité terrestre. La réaction du cuir est unique à chaque touche de balle. Une infime modification de la localisation et/ou de la puissance de l’impact entre un pied et le ballon va entraîner une trajectoire complètement différente. La différence entre une frappe qui va partir en touche et une frappe qui va partir en lucarne est infime. 

 

En tant que joueur (du dimanche) passionné, au même titre que des millions d’autres, je peux l’affirmer : cette relation avec le ballon et ses propriétés physiques est unique. Elle découle d’un instinct naturel, d’une compréhension de l’espace qui ne s’apprend pas mais se ressent. Et la sensation procurée par une touche de balle réussie est elle aussi spéciale. Un éphémère instant de sérénité au milieu d’une éternité de chaos. 

 

Comment reproduire cela dans un environnement virtuel ? Le ballon, la gravité, d’accord, mais le reste ? Le corps, les jambes, tout sauf les mains et les bras ? Courir ? Sauter ? Il est tout simplement impossible de reproduire la complexité du déplacement humain et de la rendre contrôlable au travers d’une manette de jeu. Personne ne peut en vouloir à FIFA et PES de ne jamais s’être lancé là-dedans. Le football dans son intégralité ne peut tout simplement pas être simulé. 

 

terrainrl

 

Adepte de FIFA et PES, je n’avais jamais remis en question leur approche du football jusqu’à l’été 2015 et la sortie de Rocket League, un jeu qui a choisi de s’intéresser à ce rapport avec le ballon, en utilisant le subterfuge le plus malin qui soit. Psyonix, un studio indépendant de San Diego a été aussi rusé que Pipo Inzaghi dans une surface de réparation adverse dans le temps additionnel. Le corps humain a été remplacé par un moyen de transport universel : la voiture ! Un véhicule dont les propriétés physiques sont connues de tous, très simples à reproduire – les simulations automobiles sont elles aussi un classique du jeu vidéo. 

 

Aussi farfelu que cela puisse paraître, taper dans un ballon virtuel avec sa voiture virtuelle offre une sensation proche de celle ressentie sur un terrain de football. N’avez-vous jamais eu l’impression, au volant, que votre voiture était le prolongement de votre corps ? Passé le temps d’adaptation, plus ou moins long en fonction de l’aisance de chacun à associer ces concepts qui, dans la vraie vie, semblent totalement incompatibles, on découvre toute la profondeur et la richesse de Rocket League. Votre performance dans le jeu va dépendre de votre habilité à manier le ballon. En allant plus loin, on découvrira même des notions stratégiques de placement et de déplacement, comme tout (e)sport collectif qui se respecte. 

 

psgRocket League a séduit d'importantes structures comme le PSG eSports

 

Dans Rocket League, Psyonix a su reproduire la physique unique d’un ballon soumis à la gravité terrestre et à offrir un outil qui remplace le corps humain. Bien sûr, de nombreux ajustements au niveau des règles ont été nécessaires, nous éloignant de la définition du football vue précédemment. Mais l’essence est là. Les sensations sont là, pour la première fois dans un environnement virtuel. Psyonix a réussi là où personne d’autre n’a réellement osé s’aventurer. 

 

Le jeu est sorti il y a trois ans, comme une suite à un obscur premier opus de 2009 et aujourd’hui, il existe des virtuoses de cette discipline, qui pilotent le ballon avec le même brio que Cristiano Ronaldo, Léo Messi et autres Antoine Griezmann. Il existe une scène compétitive de Rocket League, relativement développée. Le format de compétition officiel oppose des équipes de trois joueurs dans des rencontres de cinq minutes. Une trentaine de joueurs dans le monde vivent du jeu et peuvent donc être considérés comme professionnels. On retrouve même certains traits culturels existants dans le football : les joueurs européens ont été précurseurs dans la mise en place de jeux de passes, tandis que les nord-américains se sont, à une époque, distingués par une agressivité supérieure. 

 

Les français sont bons, très bons, voire les meilleurs. Alexandre « Kaydop » Courant, 20 ans, est double champion du monde en titre. Il est en tête du classement mondial des joueurs ayant remporté le plus de gains en compétition, avec plus de 120 000 $ en deux ans de présence au plus haut niveau. Comparé à d’autres disciplines esport, Rocket League reste assez confidentiel, mais le lien avec le football se fait de plus en plus. Dans la division RLCS européenne (Rocket League Championship Series, la ligue officielle, organisée par Psyonix), on trouve le PSG Esport, présent sur la scène depuis bientôt un an, ainsi que Renault Sport Team Vitality (une association entre le constructeur automobile et la structure française Vitality spécialisée dans l’esport). Le FC Nantes, le Servette de Genève et Lausanne Sport sont également actifs à un niveau inférieur, tout comme l’a été le club espagnol du FC Valence.

 

kaydop

 Kaydop, chez dignitas, après son second titre de champion du monde RLCS en juin dernier à Londres

 

Une rencontre de haut niveau se caractérise par son intensité et sa nervosité. Les matchs se jouent dans une arène fermée dont le ballon ne peut s’échapper. Pendant les cinq minutes que dure un match, les seuls moments de répit ne durent que quelques secondes, le temps d’un ralenti après un but. En cas d’égalité, les équipes vont en prolongations et sont départagées par la règle du but en or. 

 

En janvier dernier, c’est un but en or de Victor « Ferra » Francal qui a offert la victoire au PSG Esport face à l’équipe nord-américaine de G2 Esports en finale du tournoi majeur Dreamhack Open à Leipzig. Et début juin, à la Copper Box Arena, un des sites qui a accueilli les jeux Olympiques de Londres en 2012, les deux dernières minutes de la finale des RLCS ont offert un incroyable scénario à rebondissements aux 5 000 personnes présentes dans la salle qui n’en sont pas ressorties indemnes. 

 

L’esport est un domaine en pleine expansion qui bouillonne. Ses aficionados n’ont qu’une hâte, c’est la conquête du grand public. Une simple question de temps, compte tenu du fait qu’il est aujourd’hui l’une des principales sources de divertissement des générations les plus jeunes. Rocket League en sera son porte étendard, la discipline qui offrira un spectacle à la hauteur des sports actuels et qui convaincra le public du véritable statut d’athlète à accorder aux compétiteurs esportifs. Et Kaydop deviendra une gloire nationale, au même titre que Platini, Zidane et Griezmann.

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : -

Nom : -

Ville : -

Twitter : Twitter

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Partage

CBZ le 06/08/2018 à 13:2606 Aug 2018 à 13h26#1
Sans aucun doute l'un des meilleurs jeux compétitif actuellement ! Hâte de voir le futur du jeu et son développement
RoGaaah le 06/08/2018 à 13:3906 Aug 2018 à 13h39#2
Psyonix a réussi à appliquer au foot ce que Nadeo avait fait à la course.
Des voitures simples à diriger, un jeu simple à comprendre, mais une énorme profondeur de jeu. C'est pour ça que ça perce, et c'est mérité, tant ce jeu offre de possibilités.
Gamble le 06/08/2018 à 13:5906 Aug 2018 à 13h59#3
J'avais été impressionné par la hype généré autour des finales RLCS, la scène pro à l'air bien sympa
Marien le 06/08/2018 à 14:0106 Aug 2018 à 14h01#4 Edité par Marien le 06/08/2018 à 14:19
La définition même du "facile à prendre en main, difficile à maitriser".

Un jeux sans problème d'équilibrage, facile à comprendre et incroyablement profond quand on le teste. Vraiment un perle, j'espère qu'il va continuer à grossir.

PS : L'article est vraiment bien écrit. Entre le raisonnement et la forme, vraiment bien foutu !
Poukie le 06/08/2018 à 19:4806 Aug 2018 à 19h48#5
C'est amusant ton besoin de se référer au football pour justifier l'intérêt de Rocket League. Si on est honnête, il est peu probable qu'un amateur de football y trouve son compte s'il recherche une simulation de foot. Pour autant, je suis d'accord avec ton analyse qui voit un rapprochement entre la maîtrise de la balle dans Rocket League et d'une balle dans la vraie vie. Mais est-ce qu'il y a besoin d'aller plus loin dans la comparaison ?
Un jour, on n'aura pas besoin de comparer le jeu vidéo au sport ou à autre chose pour lui donner de la crédibilité. Il l'aura, de fait, en tant que tel. Et je pense qu'il faut apprécier Rocket League non pas dans ce qui rapproche ce jeu du football, mais pour les sensations qui lui sont propres et qui le rendent unique et digne d'intérêt.
Incolas le 07/08/2018 à 09:3207 Aug 2018 à 09h32#6
Vu le cancer qu'est le gameplay de FIFA, c'est largement possible...
PMDu43 le 07/08/2018 à 09:5907 Aug 2018 à 09h59#7
En réponse a #6Tu peut avoir un gameplay cancer est etre LA référence (suffit de voir Lol qui est LA référence en FRance alors que le gameplay est cancer ,la commu Lol fr est cancer (de façon génarale) ect...)

Aprés le probléme avec RL c'est que le jeu est prévu pour les enfants... donc forcément cela se ressent in game
Incolas le 07/08/2018 à 10:1007 Aug 2018 à 10h10#8
En réponse a #7Pour moi LoL a un des meilleurs gameplays qu'on a jamais vu dans un jv. FIFA est environ 100000M de km en dessous, et RL seulement 1000M en dessous... pour te donner une idée de ma vision des choses :)
PMDu43 le 07/08/2018 à 10:5307 Aug 2018 à 10h53#9
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Marien le 07/08/2018 à 11:0207 Aug 2018 à 11h02#10
En réponse a #9On dit "je n'aime pas".
Yesclem le 07/08/2018 à 11:2807 Aug 2018 à 11h28#11 Edité par Yesclem le 07/08/2018 à 12:33
En réponse a #9si Lol est mauvais pourquoi le jeux a 9 année d'éxistance ? Et pourquoi le jeux continue d'exploser en Asie? Et pourquoi Malgrès fortnite Lol est toujours n'1 en occident (sur PC) alors qu'il est de moins en moins populaire a cause de fortnite?.
Si RL est mauvais pourquoi ce jeux continue de grossir ? Pourquoi RL attire les regard de beaucoup de gens qui suivent l'esport?

LOL et RL ont deux point commun ils sont tout les deux extrêmement difficile a maitriser l'avantage de RL c'est sa prise en main car il est assez facile de jouer a RL , d'avoir du Fun sans vraiment bien jouer . LOL demande bcp de connaissance et c'est relou au début .
Bref comme la dit incolas LOL niveaux gameplay est clairement le meilleurs pour l'esport.
RL aussi mais lui est plus accessible et au lieux de faire comme FIFA du sport mais en virtuel RL a inventer un concept inspirer du foot pour donner quelque chose d'original.

Pour toi un jeux dur avec beaucoup de skill a avoir ou d'information a apprendre est donc cancer.
Sache que l'esport n'est clairement pas fifa par exemple .
Un jeux "esport ready" c'est un jeux original et compétitif.
les FPS sont a part car même si tu peut le reproduire selon le jeux dans la vrai vie tu ne le fera jamais enfin casi personne.
actuellement les vrais Gros jeux esport sont Lol/overwatch/csgo. tu peut rajouter a la liste RL et Super Smash Bros et j'en oublie .
C'est la différence selon moi entre l'occident et l'Asie
on est des bisou nours ou des débile avec notre fortnite qui balance chaque semaine des millions dans des tournois en ligne.
On a fait de l'esport sur des jeux qui simule un sport (sa sert a rien le mieux c'est de regarder voir un vrai match de foot ou nba ...) perso l'esport pour moi c'est pas des compétition que tu fait chez toi tranquille a attendre de faire ton TOP 1 pour ramaser les billet en une seul soirée et te coucher. l'esport c'est pas de voir des quelque chose qui existe déjà


Si fifa est un mauvais jeux pourquoi personne n'arrive a mieux faire? et pourquoi autant de gens l'achète tout les ans? (je suis fan de foot donc je l'achete et oui le jeux pourait être mieux c'est le meilleurs jeux de football sur le marché actuellement)
PMDu43 le 07/08/2018 à 12:0207 Aug 2018 à 12h02#12
Ce commentaire a été modéré
PMDu43 le 07/08/2018 à 12:0507 Aug 2018 à 12h05#13
Ce commentaire a été modéré
Flobout le 07/08/2018 à 12:1507 Aug 2018 à 12h15#14
Je n'apprécie pas particulièrement le foot en général mais je sais apprécier une action décisive quand j'en vois une. Et c'est la même chose dans Rocket League, une double touche ou un "dribble" bien exécuté c'est impressionnant.

Mais j'ai beaucoup de mal à différencier une passe de juste un dégagement chanceux et c'est pareil pour les tirs, j'ai toujours un petit doute.

Bref le niveau augmentant chaque année, la compétition et le show qui va avec ne pourront que s'améliorer. J'ai bien aimé l'article.
Yesclem le 07/08/2018 à 12:4607 Aug 2018 à 12h46#15 Edité par Yesclem le 07/08/2018 à 13:25
tes réponses font peur tu confond beaucoup de chose et des choses très graves mais bon je vais simplement de donner comme argument le principe de l'offre et la demande si des gens aime le foot et aimerais avoir un pti jeux video de foot ba c'est logique qu'un éditeurs sorte ce jeux la . je n'est jamais parler de qualité sur FIFA bien au contraire le jeux est juste la pour pomper un max de tune.


ENSUITE le meilleurs pour la fin car c'est du jolie ce que tu me lache .

A part les propos limite qui font un peut peur (dans le sens ou tes parano et malade) je cite ce que ta dit
"Donc si un truc est populaire c'est foorcement bien ?"
suivit de ta paranoia que ne préfere pas citer
"Et Fortnite bah habitue toi car c'est le futur de l'esport ."

tu te contredit c'est magnifique.
Déjà j'ai jamais dit sa je vais encore utiliser le fameux "l'offre et la demande "
si LOL est encore la dans le TOP des jeux alors qu'il prend aussi cher actuellement c'est que le jeux répond a une demande d'un certain public IL FAUT JUSTEMENT l'accepter pareil pour FIFA ou autre jeux si des gens souhaite jouer a ce jeux c'est leur droit et il ne faut pas leur privée de ce qu'il souhaite hein pareil pour les éditeurs ils ne vont pas stop de crée des jeux car OMG FORTNITE EST LA FUYONS ... NOTRE JEUX EST NUL ON EST PLUS ESPORT VITE FUYONS
car justement dans la partie "parano" de ton message tu insinuais que j'était un "nazi" car je ne laissait pas les gens regarder ou jouer a ce qu'il voulait? tes énorme surtout que TU A ENCHAINER pour encore te contredire (c'est magnifique tu ma facilite la vie merci) en lachant le FAMEUX
"Et Fortnite bah habitue toi car c'est le futur de l'esport ." j'ai besion de me faire chier a expliquer le problème ou tu va le comprendre tout seul?

(ne répond pas à chaud si c'est pour dire de la grosse merde réflechit aussi a mon message avant d'écrire et essaye d'etre un peut objectif.
MOOD le 07/08/2018 à 13:1507 Aug 2018 à 13h15#16
En réponse a #15Il te traite pas de nazis mais dit qu'à un moment dans l'histoire le nazisme ou/et le néonazisme été populaire (chez certains oui et c'est la triste vérité) enfin c'est ce que j'en ait compris en tout cas ...

Pour le reste comme d'habitude il raconte n'importe quoi ,faut l'ignorer c'est le mieux à faire
Yesclem le 07/08/2018 à 13:2207 Aug 2018 à 13h22#17
En réponse a #16oui ta surement raison mais il a comparé le nazi / racisme ou autre a LOL car c'est populaire c'est un malade serieux mais je pref lacher une dernier réponse histoire de voir si il c'est jus mal exprimer ou qu'il a fail ou simplement énerver ou autre excuse car c'est chaud sinon ( faut le ban si il est serieux)
MOOD le 07/08/2018 à 13:5007 Aug 2018 à 13h50#18 Edité par MOOD le 07/08/2018 à 13:52
En réponse a #17Faudrait le Ban dans tout les cas en faite ...

D'ailleurs le seul point commun au Nazisme/néo-Nazisme et Lol c'est que les 2 /3 ont été populaires auprès d'une communauté à un moment donné mais bon c'est pas vraiment le même type de commu...
au final il aurait pu comparer n'importe quoi mais je pense pas qu'il voulait dire que les joueurs lol = nazis ,mais plutôt que n'importe quoi peut devenir populaire et que ça ne permet pas de jugé (sauf que dans un "spectacle" (comme les tournois esport) la popularité permet de juger la rentabilité d'un jeu (en partie) et donc si la scéne est bonne ou pas (donc Lol est 1er à ce petit jeu)

Au final c'est juste un troll, il à tout de même raison en disant que le nazisme (il aurait dû dire "nationalisme" d'ailleurs car on n'est pas germanophone) car il parle sûrement des votes FN en 2017, pour le néo nazisme c'est vrai que ce fût un mouvement populaire (Hitler est monté démocratiquement au pouvoir) dans les années 30 (mais bon je pense pas avoir besoin d'expliquer en quoi ce vote été une erreur)
Pareils pour le racisme qui est malheureusement encore répandue de nos jours (mais pas "populaires" encore une fois il c'est mal exprimé ) . Bref ce serait bien qu'il se fassent Ban ça en devient chiant sont trolling à force.
Togi le 07/08/2018 à 14:2007 Aug 2018 à 14h20#19 Edité par Togi le 07/08/2018 à 14:31
Le prochain qui arrive à atteindre le point godwin prend un ban
Et valable pour tout le monde, "cancer" ça a pas vocation à remplacer la ponctuation dans les phrases, merci.

=> Ah bah il est déjà ban rip
MOOD le 07/08/2018 à 14:4107 Aug 2018 à 14h41#20 Edité par MOOD le 07/08/2018 à 14:41
En réponse a #19Ah enfin ! merci Togi (ou celui qui l'a Ban )

Vid�os

Kinguin
Suivez nous
- HAUT DE PAGE