Accueil Apple Android
lol

Les lieux des finales LCS EU sur candidature

Par Flamm le 18/07/2018 à 08:32
League of Legends

L'objectif de Riot Games est de travailler directement avec des villes partenaires.

 

La saison 2019 va apporter son lot de changements pour les LCS de la région Europe, pas seulement au niveau structurel avec la mise en place du nouveau système de partenariats s'apparentant à un système de franchises à l'américaine, mais également dans la sélection des lieux qui accueilleront les finales des segments printaniers et estivaux pour 2019 et 2020. 

 

Les villes qui souhaitent accueillir une étape des LCS EU devront déposer leur candidature, comme cela se fait actuellement dans le sport traditionnel. Les candidatures seront examinées et devront répondre à un certain nombre de critères et mettre en avant leurs atouts. Le premier objectif de Riot Games Europe est d'avoir sélectionné les villes hôtes des 4 prochaines étapes des LCS EU d'ici la fin de l'année, et d'annoncer le lieu des finales Spring/Summer 2019 au début de l'année prochaine.

 

 

UNE NOUVELLE APPROCHE DES ÉTAPES DES LCS EU

 

Nous modifions la façon dont les étapes des LCS EU sont sélectionnées. Nous accepterons les candidatures de villes européennes qui pensent pouvoir organiser un superbe événement, et nous sélectionnerons le lieu des quatre prochaines étapes d'ici la fin de l'année.

 

Choisir des villes pour accueillir les finales des LCS EU n'est pas chose facile. La ville et le site d'accueil doivent répondre à une longue liste de prérequis pour que nous puissions commencer à organiser un événement à la hauteur des attentes des professionnels et des fans. Quand nous commençons à chercher un emplacement, nous devons immédiatement vérifier la disponibilité des sites capables d'accueillir nos compétitions et leurs besoins techniques très spécifiques (infrastructure internet, personnel local pour la production, etc.). Nous devons aussi prendre en considération la capacité d'accueil, les possibilités de transport, les options d'hébergement, la présence ou non d'une base de joueurs locale conséquente, et bien d'autres choses encore.

 

Nous savons que nous avons parfois annoncé les étapes avec du retard, ce qui rend l'organisation difficile si vous prévoyez de voyager pour assister à une compétition. Nous voulons y remédier et rendre nos événements plus agréables que jamais. L'année 2019 approche, dans cette optique, nous nous employons à rendre la ligue économiquement durable et nous souhaitons nous engager auprès de toutes les personnes impliquées dans nos événements, des fans aux joueurs en passant par les sponsors, en ayant les sites des quatre prochaines étapes fermement sélectionnés d'ici la fin de l'année. Pour cela, nous allons nous associer de façon plus étroite avec des villes dans toute l'Europe.

 

 

TRAVAILLONS PLUS ÉTROITEMENT AVEC LES VILLES

 

Les finales des LCS EU sont bien plus qu'une compétition. Où que nous allions, des milliers de fans se rassemblent pour célébrer ensemble leur amour pour leur sport, leur équipe et leur communauté. Nous avons analysé nos données, et une grande partie d'entre vous vient d'ailleurs, parfois de TRÈS loin, et se déplace jusqu'à la ville hôte juste pour nos événements. Il est donc encore plus crucial pour nous de pouvoir donner aux fans une plus grande fenêtre de planification, et de continuer à organiser des événements mémorables pour tout le monde. Les finales des LCS EU vont au-delà de ce qui se passe à l'intérieur des sites. À l'avenir, notre objectif est donc de travailler directement avec des villes partenaires afin d'offrir à tous ceux qui assistent à nos événements la meilleure expérience possible.

 

Pour les finales Spring/Summer de 2019 et 2020 des LCS EU, nous souhaitons travailler directement avec des villes d'Europe capables de nous offrir leur aide, leur expertise dans l'organisation d'événement et leur amour de l'e-sport, afin de nous aider à créer une expérience réellement unique et mémorable aussi bien pour les habitants que pour les visiteurs. Nous nous sommes inspirés des sports traditionnels, où les villes aspirantes doivent présenter leurs atouts pour être sélectionnées. Que peuvent-elles nous aider à réaliser si nous y organisons une finale des LCS EU ? Les compétitions d'e-sport sont de la même ampleur que les compétitions sportives majeures, et nous voulons travailler avec des villes qui peuvent offrir ce même niveau d'attention et de soutien. En travaillant directement avec les villes, nous voulons trouver les sites les mieux adaptés à notre sport, ouvrir des opportunités de sponsoring pour les partenaires des LCS EU et les villes partenaires, et mettre en avant notre fanbase d'e-sport dans toute la ville pendant le weekend.

 

Nous sommes en contact avec plus de 300 villes d’Europe, et les retours que nous avons eus jusqu'à maintenant sont prometteurs. Notre objectif est d'avoir sélectionné les villes hôtes des 4 prochaines étapes des LCS EU d'ici la fin de l'année, et d'annoncer le lieu des finales Spring/Summer 2019 au début de l'année prochaine. Comme toujours, nous aimerions avoir des retours de votre part sur l'endroit où vous souhaitez que les LCS EU aient lieu, et sur ce qui en ferait des événements inoubliables. Dites-le-nous dans les commentaires, et à bientôt pour d'autres informations sur les futures étapes !

 

Infos Rédacteur

Prénom : Captain

Nom : Flamm

Ville : une autre galaxie

Twitter : Twitter

Partage

Rockfire le 18/07/2018 à 10:3218 Jul 2018 à 10h32#1
En réponse a #1Faut pas oublier l'Espagne non plus.
Manapany le 18/07/2018 à 10:4418 Jul 2018 à 10h44#2 Edité par Manapany le 18/07/2018 à 10:47
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Lecrivaindujour le 18/07/2018 à 12:4918 Jul 2018 à 12h49#3
En réponse a #4Ouais, c'est clair, jamais le moindre bénéfice, c'est à se demander pourquoi elles s'écharpent pour organiser ces événements... ah bah attends :)
cr1nel le 18/07/2018 à 15:3518 Jul 2018 à 15h35#4 Edité par cr1nel le 18/07/2018 à 15:40
En réponse a #5Excuse moi mais il n'a pas tord, je sais pas sur quoi tu te bases mais laisse moi t'expliquer :

1. Toutes les villes ont explosées leur budget initial.
- Montréal : 30 ans pour rentabiliser le frais du stade olympique.
- Londres : Coût initial multiplié par 2 (5 milliards prévus, 10 à la fin).
- Rio : 10 milliards à la base, 30 à la fin (le stade de Macarana prend la poussière, les piscines sont à l'abandon, ETC ETC ETC).
- ETC

2. En plus d'être plus que couteuses, les installations ne servent pas ou peu après les semaines des jeux. Je te laisse regarder :
https://www.demotivateur.fr/article/installations-olympiques-jo-abandonnees-ruines-6853
- Les gradins d'Athènes
- Le stade olympique d'Atlanta (ah bah il a été détruit.. mais oui, ça rapport comme tu dis !!)
- Le VO de Sarajevo
- Les installations de Munich (quoi c'est pas pareil en France ?)
- ETC

Coût des jeux de pekin : 36 milliards !!!!! Vous pensez pas qu'on peut faire autre chose avec cet argent ?

Ne me sort pas un article BFM/Figaro/20 Minutes/ETC qui me dit que ça va être rentable pour la France, par pitié, merci bien.

Je prends une phrase d'instituts et liberté :
"Le sport se mêle à la politique. Tantôt il s’agit de montrer le renouveau d’un pays où sa nouvelle puissance, comme Pékin ou Sotchi, d’autres fois de capter l’attention mondiale, comme à Londres ou à Athènes. À Paris, la propagande sert un autre intérêt, celui du socialisme festif."

Alors je ne dis pas que certaines villes n'ont pas été rentables, mais ce n'est que très peu si on compare la totalité des villes depuis la création des jeux. Et la fin, c'est toujours les contribuables qui payent, et les gens en haut de la pyramide qui encaissent. Du pain et des jeux comme dirait l'autre.

Je rappelle que je suis un fan de sport en général, mais il faut arrêter de prendre les gens pour des cons.

PS: Au passage, c'est possible de modifier le textarea en fonction du nombre de caractères du message ?
ritCh le 18/07/2018 à 15:5718 Jul 2018 à 15h57#5
En réponse a #6"Je rappelle que je suis un fan de sport en général"

Vraiment? Qui l'aurait cru !?
Spearline le 18/07/2018 à 16:1118 Jul 2018 à 16h11#6 Edité par Spearline le 27/07/2018 à 15:50
En réponse a #6"Des pains et des jeux comme dirait l'autre" mon dieu toujours cette foutue expression mal utilisée...

L'opportunité d'organiser des jeux olympique est toujours discutable mais disserter des bénéfices d'un pays organisateur par rapport à un cout/bénéfice n'a aucun sens.
C'est bien l'Etat/le contribuable qui paye les installations mais les retombées économiques ne reviennent pas proportionnellement à l'Etat. Des jeux olympiques générent un nombre incalculables de bénéfices et d'emploi (même si beaucoup temporaires ) pour beaucoup de secteurs économiques, l'hôtellerie en tête.
Et évidemment, et même si pour certain tout est "propagande/orwell/complot et compagnie" le but est évidemment de faire de la pub pour le pays et d'apporter le plus grand événement sportif sur son sol.
(TLDR: l'opportunité d'accueillir un évènement ne peut être réduit à un simple calcul de ROI, le facteur principal reste l'importance que l'on accorde à le réaliser pour ce qu'il représente et bien évidemment chacun a son idée là-dessus).
Wololo le 18/07/2018 à 16:4118 Jul 2018 à 16h41#7
En réponse a #6La Yougoslavie a connu la guerre et le/les pays ont connu une crise économique, donc forcement Sarajevo est à l'abandon. Pareil pour Athènes, la Grèce a coulé depuis les JO. Les installations de Munich n'ont pas toutes étés abandonnées, seulement quelques unes, par exemple le Bayern de Munich utilisait le stade olympique jusqu'à la coupe du monde en Allemagne en 2006 où ils ont fait un nouveau stade pour l'événement. Pareil pour Pékin, il y a quelques installations abandonnées mais la plupart sont encore utilisées.
La destruction du stade d'Atlanta en 1997 était prévu, la ville et l'équipe de Baseball font un stade pour les JO 1996 puis après les JO l'équipe de Baseball prend l'emplacement pour faire son propre stade.

Tout ça pour dire que si un pays économiquement fort accueille les jeux, ce sera bénéfique.
cr1nel le 18/07/2018 à 18:1718 Jul 2018 à 18h17#8 Edité par cr1nel le 18/07/2018 à 18:22
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Yunyuns le 18/07/2018 à 19:1718 Jul 2018 à 19h17#9
Sinon les types qui se prennent pour les analystes économiques du siècle, vous êtes au courant que pour organiser un tournoi LOL il suffit de louer une salle ?

Non parce que parler de piscine ou de baseball c'est bien sympa, mais c'est quoi le rapport avec la choucroute ?
Flying Cobra le 18/07/2018 à 21:3818 Jul 2018 à 21h38#10
En réponse a #11Je pense que le rapport c'est que c'est la ville hôte qui paye et plus l'organisateur ;)
Et c'est probablement ce que va tenter de faire Riot; le même "échange" que pour l'organisation des grandes compétitions sportives : en gros "vous nous invitez et ça vous fais un gain d'image", plus officiellement ( dans le communiqué riot ) : "nous souhaitons travailler directement avec des villes d'Europe capables de nous offrir leur aide"

Pour #4, petite précision pour les jeux olympiques, une édition a été rentable, celle de Los Angeles 84. Après le fiasco de Vancouver, puisque personne ne voulait organiser les JOs, ils ont réussi à négocier que le CIO ait la dette à sa charge si jamais dette il y avait et il se trouve qu'en se creusant la tête pour ne pas perdre d'argent ils ont réussi.

Pour #5, contrairement au début des années 2000, en ce moment, les villes ne se battent vraiment plus pour avoir les JO. Par exemple les JO d'hiver 2018 en corée il n'y avait que 3 condidatures, le minimum depuis les années 80 et pour 2022 c'était encore pire uniquement pékin vs une ville au kazakhstan et pour les jeux d'étés, c'est la raison pour laquelle il y a eu une double attribution ;)

Pour #8, le secteur qui profite vraiment c'est le BTP, des emplois sur deux mois ( la durée des JOs ), ça intéresse un peu mais pas tant que ça; par contre des emplois sur 4/5ans là ça intéresse les villes/régions.
Après le calcul cout-bénéfice prend en compte la totalité des retombées locales et celui la est quasi toujours négatif, c'est un fait; encore plus quand tu fais seulement ce rapport pour le contribuable et que tu ne prends pas en compte ce qui part dans le privé. Il y a bien des cabinets d'analyses qui tentent de faire des calculs qui prennent les retombées d'image en compte mais la les estimations partent dans tous les sens car personne n'est capable d'approximer ce que ça va rapporter.
La où je suis complètement d'accord avec toi c'est que finalement on s'en fou d'être rentable ou pas rentable. Je veux dire quand je pars en vacances, je me demande pas si ça va être rentable ou pas, je sais que ça ne va pas l'être et je m'en fou !! Ben, quand tu organises les JOs, c'est pareil tu sais que ça ne va être rentable mais si la majorité de la population locale est OK pour payer pour organiser un évènement comme celui la et faire la fête autour du sport pendant 2mois, pourquoi pas !!!!
Anguibok le 20/07/2018 à 00:3220 Jul 2018 à 00h32#11
En réponse a #12Au final c'est juste des retombés due à un mécanisme Keynésien du coup ? (Mais quitte à créer de l'emplois par l'investissement publique, autant le faire avec une vison de long terme, ce qu'il manque souvent à ces projets)

Pour en revenir au sujet je trouve ça intéressant comme manière de procéder, et j'aimerais bien savoir quels sont les 300 villes (ça fait quand meme un sacré packet), si on peut varier les point de chutes avec des villes qui n'ont pas eu leur chance ça peut etre l'occasion de découvrir un publique aussi fou que celui de Paris (Je donnerais cher pour voir celui de Marseille au passage :3)

Vidéos

Suivez nous
- HAUT DE PAGE