Accueil Apple Android
r6

À la rencontre de Supremacy à la CDF

Par Thomy le 26/06/2018 à 20:42

bannieresupremacy

KRiiSKO et Alphama ont répondu à nos questions à la Coupe de France.

 

Ce week-end, Supremacy prenait part à la Coupe de France parmi le gratin des équipes françaises avec à la clé le titre de champion de France et une qualification pour le Six Major Paris. Tout juste sortie d'un mercato durant lequel elle aura perdu Alive et mis Tactiss sur le banc pour récupérer KRiiSKO et Alphama, l'équipe orange aura particulièrement manqué d'entraînement et de préparation pour l'événement, éliminée sur un Top 5/6 suite à deux défaites face à Vitality et Millenium malgré une victoire face à EnerGiz en quart de finale.

 

Présente au Dock Haussmann, la rédaction en a profité pour aller questionner KRiiSKO et Alphama, les deux dernières recrues de Supremacy sur leur arrivée dans l'équipe, la Coupe de France et leurs premiers pas en Rainbow Six Pro League avec leur cinq dans quelques jours.

 

team-aAa.com : Il y a environ un an de cela, tu faisais la transition sur PC avec Vitality, équipe par la suite devenue Vitality.Black. Votre dernier événement offline était la Coupe de France en marge des qualifications à la Challenger League que vous avez manquée avant que tu te retires de l'équipe. Qu'as-tu fait entre temps, entre Vitality et ton retour aujourd'hui ?

Christopher "KRiiSKO" Caccia : Entre temps, il y a eu une période sans équipe qui a duré à peu près quatre mois jusqu'à la 6Cup, entre l'été et la 6Cup. J'étais sans équipe, je continuais à m'entraîner en ranked, j'ai ensuite rejoint beGenius avec qui j'ai fait la 6Cup et les qualifications au Six Invitational où on a fait de bonnes perfs seulement dans le Ladder avant de perdre un joueur qu'on n'a pas réussi à remplacer et échouer à la qualification au Six. Du Six jusqu'à aujourd'hui, j'étais resté sans équipe et là ça fait deux semaines que je suis avec Supremacy, deux semaines d'entraînement seulement pour arriver à cette Coupe de France.

 

Comme tu l'as dit, ta première "grosse" équipe après Vitality fut beGenius mais on a quand même pu te voir avec quelques équipes en mix, notamment à la Gamers Assembly. Était-ce en quelque sorte une préparation à ton retour, un moyen de rester au niveau ?

Ce n'est pas vraiment une préparation à mon retour puisque je ne suis jamais vraiment parti, c'était juste histoire de montrer que j'étais encore là et que je pouvais encore faire le travail, le job malgré mes 27 ans [rires]. C'était juste histoire de dire "Voilà, moi je suis là, je suis free et je n'ai pas de contrat prenez-moi", c'était juste une manière de me montrer et essayer de prouver aux grosses équipes que je pouvais faire le travail.

 

 

IMG_3441

KRiiSKO participait à la Gamers Assembly 2018 en mix

 

Ton intégration chez Supremacy a été un peu particulière dans la mesure où on t'a vu apparaître en Challenger League ou à la lan Helios à la place de Tactiss sur certaines games. Comment cela s'est-il fait, sont-ce tes coéquipiers qui sont venus vers toi ou toi qui leur a proposé ton aide ?

Au début de la saison de Challenger, Alive est venu me voir et m'a dit "bon, on aura sûrement besoin d'un back-up au cas où parce que Tactiss est souvent occupé". Il m'a proposé à moi parce que je suis son pote et que je n'ai pas d'équipe, il sait que je ne veux pas m'engager n'importe où à droite à gauche. Il m'a donc proposé ça, j'ai accepté et voilà, je suis resté tranquillement sur le banc pour m'entraîner. Ça ne me dérangeait pas puisque c'était soit ça soit rien, donc autant avoir ça.

 

Tu l'as dit, tu t'entraînes depuis maintenant deux semaines avec Supremacy, cette Coupe de France était un peu prématurée puisque vous n'avez qu'une seule semaine d'entraînement à cinq. Vous avez su vaincre EnerGiz 2 à 0 en quart de finale, mais ça a été plus compliqué par la suite face à Vitality. Comment la compétition s'est-elle passée ?

Oui, clairement. EnerGiz est un peu comme nous, c'est une équipe qui s'est formée rapidement pour essayer de faire quelque chose sur les qualifications, ils ont réussi. Donc oui, on a réussi à les battre avec ce qu'on a pu travailler durant la semaine de pracc, on avait quand même pas mal travaillé, pour eux c'était suffisant. Mais ensuite, eh bien les équipes en place depuis des mois sont compliquées à bouger, c'était difficile de proposer quelque chose de nouveau et rafraîchissant contre elles, c'est difficile d'innover en fait, on ne peut pas innover. On n'a pas eu assez de temps pour le faire, donc forcément le résultat est logique mais en tant que compétiteur c'est toujours difficile de perdre, mais on sait qu'il y a moyen de faire quelque chose avec cette compo en tout cas.

 

C'est un résultat "logique" quand on sait qu'on est ici en présence des huit plus grosses équipes de France, dont les champions de la DH Austin et Top 4 monde, forcément le bilan n'est pas négatif si le résultat n'est pas celui escompté ?

C'est ça, la perf de l'équipe est toujours décevante parce que l'on sait qu'on aurait pu mieux faire, mais bon après c'est facile de dire ça mais voilà, c'est des top teams, on va pas arriver, toutes les battres et être champions de France comme ça, en deux semaines d'entraînement c'est pas possible.

 

 

_MG_9651

KRiiSKO remportait la Pro League S3 sur Xbox One en novembre 2016

 

À propos de la Pro League, cela va bientôt faire deux ans que tu as remporté la Pro League S3 sur Xbox One à Katowice avec Vitality, ça remonte, et tu feras ton retour en PL la semaine prochaine presque deux ans après. Comment tu te sens ? Un peu de pression ou d'excitation, notamment au vu d'une préparation un peu faible à vos yeux ?

Oui mais ce n'est pas de la pression négative, c'est plutôt de la bonne pression puisque j'aime ça, j'aime les gros matchs et puis de toute façon il faut de la pression pour faire des perfs donc c'est de la bonne pression. Maintenant, il faut prouver, faut arrêter de parler et prouver, prouver qu'on mérite notre place, on n'a pas beaucoup de temps d'entraînement, on affronte directement les deux meilleures équipes de Pro League à deux jours d'intervalle. Ça va être compliqué, mais on va essayer de proposer du jeu, c'est des BO1 donc on peut essayer de surprendre, on va tout faire pour.

 

L'été approche avec tous ses événements, vous êtes déjà qualifiés en Pro League donc les qualifications CL ne vous concernent pas. Il reste celles au Six Major, auquel vous n'avez pas pu vous qualifier ce week-end ainsi que la DH Valencia, comment va se passer cet été pour vous ?

Ça va être plutôt chargé, on répondra de toute façon présents, tout le monde sera disponible, il n'y aura pas de soucis, ça va être du travail, du travail, du travail, de l'entraînement, de l'entraînement, de l'entraînement puis ça finira par payer au bout d'un moment, il n'y a pas de secrets. Pour avoir quelque chose, il faut travailler pour l'avoir.

 

L'interview touche à sa fin, je te remercie du temps accordé et te laisse le mot de la fin.

Merci à toi pour l'interview, merci à *aAa* de me l'avoir proposé. Pour cette Coupe de France, merci à tous mes mates, à l'équipe, au staff, tous ceux qui nous ont encadré et aux supporters aussi.

 

 

team-aAa.com : Il y a quelques jours de cela, un shuffle éclatait sur la scène française. Tu y étais en plein centre, tu as quitté dizLown pour rejoindre Supremacy, déclenchant une réaction en chaîne sur la scène française. Quelle en est l'origine ?

Léo "Alphama" Robine : Ce n'est pas vraiment mon moove qui a tout déclenché, c'est surtout celui d'Alive, qui a été approché par Mock-It une semaine avant la Coupe de France pour les rejoindre avec des conditions certaines vis-à-vis de ses rôles dans l'équipe et même si c'était une bonne opportunité, c'est vrai que le faire à une semaine de la CDF a causé beaucoup de soucis à beaucoup de structures, ça a fait beaucoup de mal. Moi, on me fait la proposition, j'ai avec mes études un emploi du temps très chargé, des stages et encore des partiels qui arrivent, je me suis pris un break de quatre jours pour aller en Italie avec ma copine et en fait, à peine débarqué de l'avion, j'enlève le mode avion et je reçois le message de Welkin (manager) qui me proposait de venir. Donc autant dire que toutes les décisions n'ont pas été prises dans les meilleures conditions, tout était hyper urgent, il y a eu des problèmes de contrat, des problèmes entre structures, ça a été vraiment un des shuffle les moins transparents de la scène vis-à-vis de tout le bazar qu'il y a eu entre les structures, ce qui a beaucoup affecté je pense chaque équipe qui maintenant se débrouillent très bien. Je pense que Mock-It, Supremacy et Mock-It Academy maintenant ont tous dû s'adapter avec leurs nouveaux joueurs. Tout à l'heure, on parlait avec KRiiSKO de deux semaines de préparation, mais avec moi c'est trois jours, même plutôt trois soirs au final [rires] et l'arrivée en tant que lead in game a chamboulé beaucoup de choses et j'ai voulu faire beaucoup de changements donc au final, les deux semaines de préparation sont seulement trois soirs puisque j'ai cassé tout ce qu'ils avaient fait avant.

 

Comme tu le dis, trois soirs, comment ton intégration à l'équipe s'est-elle faite avec l'imminence de la Coupe de France de ce week-end ?

En arrivant, j'ai un peu débarqué la fleur au fusil dans une équipe pro. Je le répète encore et encore, chez dizLown on a tout fait pour arriver au niveau pro, notamment sur les stratégies ainsi que l'administration et l'encadrement, faut pas croire qu'on était juste des jeunes qui faisaient des résultats parce qu'on était bons. Il y avait vraiment beaucoup de travail en théorie derrière et quand je suis arrivé chez Supremacy, je pense que c'était pas au point de chez dizLown et j'ai vu tout ça, je me suis dit "ok, il y a beaucoup de choses à refaire". J'ai fait un premier pracc le mardi soir, à peine rentré de l'aéroport et ayant très peu dormi, j'ai direct enchaîné pour voir ce qui se passait le plus tôt possible et là j'ai dit "ça va pas le faire, si je dois lead, il faut que je casse tout". En trois soirs, il a fallu faire un mix entre anciennes et nouvelles strats, un nouveau lead qui changeait complètement leur manière de jouer depuis un an, puisque ça faisait super longtemps qu'ils étaient avec Alive. Ils m'ont intégré direct en lead, ils m'ont donné les clés malgré mon inexpérience et j'ai saisi l'opportunité.

 

Tu quittes donc l'aventure dizLown en cours de route après avoir reçu la proposition presque irréfutable de Supremacy. Comment l'as-tu annoncé à tes mates de dizLown, as-tu le sentiment de ne pas avoir accompli tout ce que tu avais à faire avec eux ?

Déjà, je ne peux pas dire que c'était une proposition irréfutable, vu l'entente qu'il y avait, les résultats qu'il y avait, la synergie qu'il y avait avant, refuser une équipe Pro League et attendre un an et demi c'était peut-être même jouable. Au début, je partais pour refuser l'offre, même si ça peut en choquer certains, on avait tous prévu de rester ensemble jusqu'au bout et j'ai tout de suite appelé mon mate le plus proche, Krunch, pour lui parler de l'offre et, tel que je le connais, il m'a évidemment dit "mec, c'est génial, fonce, c'est une super opportunité !" et j'ai vraiment apprécié, ça montrait jusqu'au bout qu'on était une super équipe parce que leur réaction aurait pu être différente, mais c'était plus "c'est contraignant pour nous mais si tu veux le faire fais-le et on te supportera, peu importe ton choix". C'était vraiment l'ultime argument qui montrait qu'on était une super équipe.

 

 

W_YLK83L

Alphama à l'Helios Gaming Festival avec dizLown

 

D'ici quelques jours, c'est le grand soir, celui de ton premier match de Pro League avec Supremacy. Comment appréhendes-tu la chose ?

Déjà, avec beaucoup de pression. Je suis lead in game donc j'ai beaucoup sur mes épaules et surtout première expérience en tant que joueur pro, j'ai très peu d'expérience à ce niveau à part sur un ancien jeu où j'ai pu faire l'équivalent de la Challenger League. C'était pas du tout le même niveau, là il y a beaucoup de regards sur nous, on est très sous-estimés, notamment par les résultats de Supremacy sur les derniers events français mais en même temps, beaucoup de choses expliquent cela et puis on a vraiment peu de temps pour bosser, donc ça va être tendu.

 

À ton propos, comment feras-tu pour passer en quelque sorte d'un jeu "amateur" même s'il se voulait professionnel avec dizLown à un jeu pro aux côtés des meilleures équipes d'Europe voire du monde ?

J'appréhende, évidemment, puis surtout à l'idée de rencontrer des gens que je regarde depuis deux ans maintenant. Après, au vu des praccs que je fais depuis des mois avec dizLown, puisqu'on praccait du T1 donc on praccait ces équipes là, c'est pas nouveau, je me suis quand même fondé une expérience sur ces équipes là même si c'est pas une expérience de match et même avec nos différents praccs qu'on a eu sur les trois soirs avec Supremacy, on a pu jouer du top niveau et ça s'est très bien passé pour moi donc j'étais confiant en arrivant ici et je pense que j'ai le niveau pour y arriver, il faut juste que je ne m'effondre pas et qu'on bosse bien. Donc j'appréhende, j'ai de la pression, mais en même temps j'ai envie d'y aller.

 

Je te remercie du temps accordé et je laisse le mot de la fin.

Merci beaucoup pour ton interview, merci évidemment à *aAa* pour publier des articles régulièrement et s'intéresser à la scène Rainbow Six Siege et ton travail sur la scène que je suis depuis un moment et puis forcément merci aussi à Supremacy pour cette opportunité, prendre un joueur aussi inexpérimenté au vu de mes résultats sur la scène européenne c'est un pari et j'aime bien les parieurs donc merci beaucoup à eux ainsi qu'aux gens qui nous ont supporté malgré ce top décevant.

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Thomas

Nom :

Ville : Elancourt

Twitter : Twitter

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Partage

Aucun commentaire pour le moment
Suivez nous
- HAUT DE PAGE