Accueil
divers

Pratiques illégales de Steam : l'UE enquête

Par Amalyth le 07/02/2017 à 18:47

slide_enquetesteam0170207

Trois secteurs sont dans le viseur de la Commission européenne pour pratiques anticoncurrentielles : les produits électroniques grand public, les prestations hôtelières et les jeux vidéo. Sur quoi porte cette enquête sur les jeux vidéo ?

 

Rappelons tout d’abord que dans le marché européen, le commerce électronique est transfrontière c’est-à-dire qu’un Français doit bénéficier des mêmes avantages qu’un Polonais lors de l’achat de son produit ou service, et vice versa. Actuellement, les ventes en ligne transfrontières dans l’UE sont assez faibles car certains freins intrinsèques ont été mis en évidence par la Commission européenne qui cherche à y remédier. 

 

De plus, parallèlement, certaines entreprises n’appliqueraient pas les lois européennes et instaureraient un système de barème tarifaire ou de choix de gamme différents d’un pays à l’autre dans l’UE, voire même un blocage des ventes si le consommateur achète d’un pays différent de celui de la vente.

La Commission européenne juge que cela peut porter préjudice aux consommateurs. C’est pourquoi elle a lancé une enquête pour rassembler des données et lever le plus possible les obstacles du commerce électronique entre pays de l’UE.

Ces pratiques sont interdites par les accords anticoncurrentiels entre entreprise qui sont détaillés par l’article 101 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE).

 

Logo_Commission_Europeenne 

 

Mme Margrethe Vestager, membre de la Commission chargée de la politique de concurrence, s'est exprimée dans les termes suivants : 

 

Le commerce électronique devrait permettre aux consommateurs d'avoir accès à un plus grand choix de biens et de services et d'acheter à l'étranger. Les trois enquêtes que nous lançons ce jour visent principalement à déterminer si, par leurs pratiques, des entreprises tentent de priver les consommateurs de ces avantages. Elles portent sur les secteurs de l'électronique grand public, des jeux vidéo et de l'hébergement hôtelier. Nous examinons plus particulièrement si les entreprises en cause enfreignent les règles de concurrence de l'UE en imposant des restrictions injustifiées à la fixation des prix de détail ou en excluant les clients de certaines offres en raison de leur nationalité ou du lieu où ils se trouvent.

 

Qui est ciblé dans le commerce des jeux vidéo ?

 

07918851-photo-steam

 

L’entreprise Valve Corporation, à qui appartient la plateforme Steam, est dans la ligne de mire de la Commission européenne pour ces accords conclus avec cinq éditeurs de jeux vidéo : Bandai Namco, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax. La pratique de blocage des ventes selon le pays de résidence de l’acheteur serait en cause. 

 

En effet, sur la plateforme Steam, certains jeux demandent une clé d’activation, à la base pour empêcher tout piratage du jeu. Mais ces clés d’activation serviraient également à savoir de quel pays vient l’acheteur et pourraient l’empêcher d’avoir accès à du contenu vendu moins cher dans un pays voisin. Si l’enquête prouve la véracité des faits, cela constituerait une violation des règles de la concurrence au sein de l’UE.

 

Et ça implique quoi ?

 

L’ouverture de l’enquête permet à la Commission européenne de prévaloir sur les autorités nationales de concurrence. Ces enquêtes européennes n’ont pas de limite de temps et dépendent des découvertes qui seront faites.

 

Aujourd’hui, des sites spécialisés dans la vente de clé d’activation jouent déjà le jeu des règles européennes en affichant les mêmes prix qu’on soit résident français ou tchèque, comme G2A, Kinguin ou Instant-Gaming. Mais ce décalage entre celles qui jouent le jeu et celles qui appliqueraient un géoblocage crée un marché parallèle d’achat et de revente de clé d’activation.

 

key-1960227_1920 

 

Le Syndicat National des Jeux Vidéo, syndicat professionnel représentant entre autre les entreprises de production de jeux vidéo, les créateurs indépendants, les éditeurs et les distributeurs, a commenté cette décision de la Commission européenne en souhaitant garder le système de prix différents par pays. Selon le SNJV, cette différence de prix entre pays aux différents pouvoirs d’achat permettrait de faire vivre les développeurs et les distributeurs tout en évitant la revente des clés dans des marchés parallèles.

 

Est-ce que cela influencera les grandes entreprises à ne plus faire payer plus cher les pays avec plus de pouvoir d’achat ? Est-ce que les conclusions de ces enquêtes apporteront un bénéfice plus important au consommateur qu’aux entreprises ?

 

 Affaire à suivre.

ban_appli_news

Partage

Liens relatifs

Commission européenne

Infos Rédacteur

Prénom : Aude

Nom :

Ville :

NevertorN le 07/02/2017 à 19:4307 Feb 2017 à 19h43#1
Skeel le 07/02/2017 à 20:3907 Feb 2017 à 20h39#2
La question est intéressante; c'est évident que changer le prix en fonction de la résidence c'est contraire à l'article 101 du TFUE; mais à côté de ça il faut voir les répercussions que ça pourrait avoir sur les pays si le prix était harmonisé.

Par exemple on peut imaginer que les revendeurs comme Steam se font leur marge sur les pays où les prix sont plus élevés, donc si le prix est harmonisé il sera plus haut pour les pays moins riches sur Steam. A partir de là les habitants de ces pays auront plus intérêt à passer par un revendeur physique, pourquoi acheter un jeu 50€ sur Steam quand dans ton magasin il est à 40; donc Steam perdra des clients. A la limite ça peut bénéficier aux magasins locaux qui vont pouvoir augmenter leur main d’œuvre mais ça va pénaliser les clients qui payeront leurs jeux plus chers.

Inversement en France si le jeu sur Steam passe à 50€ alors que chez Micromania ou à la Fnac il est à 70€ bah ça va plomber leurs ventes; donc Micromania devra licencier/fermer des magasins pour tenir la route et baisser ses prix, mais de l'autre côté y'aura + de clients si les jeux sont moins chers.

En gros y'aura des heureux et des malheureux partout, c'est juste qu'ils seront répartis différemment. Je sais que l'UE a tendance à prôner une logique d'égalité entre les pays au niveau de la concurrence, et c'est pertinent dans certains secteurs. Mais justement, des fois la Commission a tendance a trop confondre égalité et équité. Oui les polonais vont payer moins chers leurs jeux que les français, et alors? Les polonais eux ne gagnent pas 10€ minimum par heure; donc leur pouvoir d'achat est forcément moins élevé. En faisant des différences de prix selon le pouvoir d'achat je trouve que Steam fait du très bon travail; ça permet de traiter équitablement les personnes selon leur pouvoir d'achat et de leur donner le même accès au loisir.

Et honnêtement d'un point de vue purement théorique sur ce qu'est l'UE je trouve que c'est un peu aller contre ce principe d'unicité européen que de vouloir harmoniser les prix car cela créerait un fossé entre les européens des pays riches et les européens des pays pauvres, qui n'auraient plus accès équitablement à la culture.
RubbeN le 07/02/2017 à 20:5107 Feb 2017 à 20h51#3
C'est marrant que l'UE fait chier le domaine du JV mais ne font quasi rien pour les entreprises pharmaceutique qui vendent leurs médicaments en inde par le biais d'une version "générique" 150x moins cher.

C'est surement qu'un hasard.
Bob Morane le 07/02/2017 à 20:5707 Feb 2017 à 20h57#4 Edité par Bob Morane le 07/02/2017 à 21:06
L'harmonisation des prix est plus une conséquence au final, ce qui est reproché c'est le blocage géographique, c'est à dire de ne pas pouvoir activé une clé que l'on aura acheter moins cher "à l'étranger" (ou du moins prévu pour être utilisé dans un autre pays).

L'UE a jamais interdit de vendre une cannette de bière plus cher dans un pays que dans un autre.
Skeel le 07/02/2017 à 21:4507 Feb 2017 à 21h45#5
En réponse a #4Bah c'est pas interdit parce que ce n'est pas directement en concurrence avec les pays voisins. A part si t'habites à la frontière tu vas pas te taper 300 bornes pour aller faire des courses au supermarché et payer moins cher.

La notion de concurrence est assez extensible; comme là tu peux acheter le produit via internet bah la notion de distance n'existe plus vraiment donc les pays de l'UE sont en concurrence les uns les autres en ce qui concerne les ventes via internet.
HellRaiser le 08/02/2017 à 00:2708 Feb 2017 à 00h27#6
En réponse a #3Ca doit surement venir du fait que l'Inde n'est pas dans l'UE mais c'est qu'une hypothèse. Kappa
Dishwasher le 08/02/2017 à 01:1208 Feb 2017 à 01h12#7
Skeel a bien tout résumé, maintenant le problème c'est que des sociétés comme G2A existent, et si on met de côté la légalité relative de certaines clés, il me semble qu'en soi, leur commerce est légal.
Partant de là c'est compliqué de légiferer contre ce genre de sociétés parce que c'est contraire à l'orientation politique et économique définie par l'UE.
Après je ne suis pas économiste je me garderai bien de porter un jugement sur ces projets même si effectivement de prime abord il semblerait que ce soit les habitants des pays d'Europe de l'ouest qui en beneficient au detriment de ceux d'Europe centrale ou de l'est.
Blorg le 08/02/2017 à 11:5208 Feb 2017 à 11h52#8
Quand on m'avait d'expliqué l’UE y a longtemps, j'avais compris que c'était un moyen de tirer les pays pauvre vers le haut pour qu'ils le soient de moins en moins. Dans cette perspective ce genre de décision peux avoir une logique, mais j'ai quand même l'impression qu'on met la charrue avant les bœufs ...

Vidéos

Suivez nous
- HAUT DE PAGE