Accueil Apple Android
BlogQuels sont les intérêts politiques de l'esport en France? Par Skeel le 22/07/2017 à 23:19 - Vote(s) : 0 vote_moins  0 vote_plus

Yo les gens, je voulais aujourd’hui traiter d’un sujet que je ne vois pas souvent abordé à savoir les intérêts politiques de l’esport, et plus spécifiquement en France.  Avant toute chose je tiens à préciser que je n’ai pas fait Sciences Po, ni même The Esport Academy par conséquent je ne suis pas vraiment un expert  ni en politique ni en esport. Par conséquent il est probable qu’il manque des éléments pertinents ou que vous ne soyez pas d’accord avec moi mais bon, c’est un peu le principe d’un blog, j’attends vos remarques en commentaires.

Pour commencer on peut se demander si oui ou non l’esport a des intérêts politiquement parlant. Pour ça il convient de définir ce qu’est un intérêt politique, selon moi c’est quand tu peux tirer profit d’une chose sur le plan électoral. Pour donner un exemple concret je dirai que l’écologie a un intérêt politique parce que si tu la mets en avant (ou non) dans ton programme et dans tes idées un certain nombre de gens peuvent sympathiser avec ça et par la suite voter pour toi (et ça quand t’es une personnalité/un parti politique c’est ton but, que les gens votent pour toi).

Pour moi avec l’esport c’est un peu pareil, je suis persuadé que si tu arrives à bien l’utiliser ça peut t’aider électoralement parlant. Plus précisément, je pense que l’esport peut apporter deux types d’intérêts. L’intérêt que je vais appeler « direct », en gros si un homme politique parle d’esport tu vas l’apprécier et donc voter pour lui, et l’intérêt « indirect » qui fait que l’esport va te transmettre des valeurs proches d’une idéologie politique qui pourront potentiellement influencer ton vote.


L’intérêt politique direct

Tout d’abord je ne pense choquer personne en disant que l’esport attire d’avantage les djeun’s que les petits vieux,  de même si je dis que les jeunes (18-24 ans pour le moins) votent majoritairement pour les extrêmes (30% pour Mélenchon et 21 pour Le Pen au 1er tour des présidentielles). Cela montre qu’il y a une fracture entre les idées politiques des jeunes et le gouvernement en place (que ça soit PS ou LREM). Il ne serait donc pas idiot que le gouvernement se dise « zut on n’a pas la côte auprès des jeunes comment faire pour être plus populaire, qu’est ce qui leur plaît ? » et là une des réponses qu’on peut trouver c’est : l’esport.
Ainsi sortait fin 2015 la loi sur le numérique reconnaissant l’esport en France avec aux commandes une certaine Axelle Lemaire, membre du gouvernement socialiste de l’époque. Cette loi n’a pas sauvé le PS de la débâcle à la présidentielle de 2017 mais j’imagine que l’initiative a plu à tout  le monde dans le milieu et qu’elle a pu faire changer en partie le regard que certains pouvaient avoir sur le gouvernement à l’époque.

Le temps passe et vient la campagne de 2017 qui nous a appris que les jeux vidéo d’une manière générale pouvaient avoir un intérêt politique. Je veux bien sûr parler du site jeuxvideo.com qui a été très souvent courtisé par Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) ou par Florian Philippot (Front National)  qui ont notamment marqué leur affection au forum 18-25 ans, pour l’un avec des tweets à base de #ISSOU pour l’autre, en buvant dans une tasse avec un sticker de Risitas. Bref, les politiques semblent avoir pigé que parler aux jeunes avec des « trucs de jeunes » ça fonctionnait et ça leur donnait une sympathie qui fonctionnait sur le plan électoral (j’ai pas les statistiques de vote réelles de l’électorat de JVC mais si quelqu’un du 18-25 qui a voté autre chose que Mélenchon Le Pen Lassalle ou Asselineau je veux bien qu’il se dénonce).

Avec l’élection de Macron l’engouement politique pour l’esport semble continuer avec notamment le soutien officiel du gouvernement à l’équipe de France Overwatch pour la World Cup ou bien l’interview d’un député LREM ancien joueur de WoW par Eclypsia. Selon moi nul doute qu’au-delà de la passion que peuvent avoir certains responsables politique de notre nation pour les jeux vidéos et l’esport il y a clairement un appel du pied aux gens férus d’esport pour attirer leur sympathie et ainsi essayer de renouer avec cette partie de la jeunesse qui ne se retrouve pas dans les partis politiques  dits « traditionnels ».

Cet engouement récent pour l’esport et plus largement pour le jeu vidéo est donc loin d’être désintéressé de la part des politiques, il faut savoir vivre avec son temps et caresser l’électorat dans le sens du poil, au fur et à mesure que le temps passe la part de la population regardant de l’esport s’accroît et tout comme le jeu vidéo au bout d’un moment ça ne sera plus un phénomène marginal. Les politiques ont donc tout intérêt à faire preuve de clairvoyance et à se revendiquer les premiers comme adeptes de l’esport afin de brasser le plus d’électeurs possibles.

L’intérêt politique indirect

Dans cette partie je voudrais donc parler du fait que l’esport puisse transmettre des valeurs qui peuvent influencer l’orientation politique. Je vais ici parler de la seule valeur qui me semble pertinente d’un point de vue politique : l’identité européenne, c’est-à-dire le fait de se sentir non plus seulement français, mais également européen.

L’esport a cette particularité très intéressante qui fait que, contrairement aux sports traditionnels où les clubs sont plutôt présents au niveau national, les clubs sont présents à un niveau plus européen. Cela peut s’expliquer par le développement assez faible de la discipline dans la culture européenne par rapport à des pays comme la Corée du Sud par exemple. Ainsi pour rendre les tournois internationaux plus ou moins équilibrés les éditeurs de jeux ont bien compris qu’on ne pouvait pas isoler les pays européens et ce notamment dans les jeux où le mastodonte Corée est présent.
Cela a donc fini par créer le système de régions que l’on connait dans beaucoup de jeux esport qui va par exemple considérer la Corée ou la Chine comme des régions mais qui va regrouper les pays d’Europe pour créer une région de compétitivité plus ou moins équivalente, il en va de même pour les Etats-Unis et le Canada. Le système standard de régions pour de nombreux jeux se représente ainsi : une région nord américaine, une région européenne, une région chinoise et une région coréenne.

Cette région européenne fait figure d’exception dans le paysage sportif français, et même européen. D’ordinaire les compétitions entre clubs sont d’abord nationales (la ligue 1 de football par exemple) puis les meilleures équipes accèdent à une compétition européenne (ligue des champions)  mais il y a rarement une compétition entre clubs de prestige au niveau mondial (gagner la coupe du monde des clubs est par exemple moins prestigieux que gagner la ligue des champions).
Pour l’esport c’est différent, les équipes/joueurs sont dans des compétitions européennes (cas des LCS sur LoL ou de la ligue HOTS, système de tournois sur SC2 ou HS)  puis les meilleures équipes/joueurs accèdent à des compétitions de niveau mondial (Worlds sur LoL, Blizzcon).

Cela permet une opposition d’un nouveau genre, alors que traditionnellement on était dans une optique nation contre nation, on est dans l’esport dans une optique région contre région. Par exemple en ligue des champions on préfèrera en général  soutenir l’OL (Club FR) contre le Bayern Munich (Club ALL) tandis qu’au MSI sur LoL on préfèrera soutenir G2 (Club EU) contre TSM (Club NA).
Quelle est la différence ? C’est très simple, à l’OL il y a des joueurs français, pas chez G2. Pourtant dans les deux cas quand l’OL ou quand G2 perd, les gens sont frustrés, pourquoi ? Parce que c’est une équipe d’une ligue que l’on suit régulièrement qui est censée montrer aux autres que la ligue dans laquelle ils sont n’est pas faible.

La rivalité EU vs NA sur LoL reflète bien ce que je veux dire quand je parle d’identité européenne. Lorsqu’une équipe européenne affronte une équipe nord américaine la majorité des européens sont pour l’équipe européenne, peu importe qu’il y ai ou non des gens de notre nationalité dans le roster. Cela veut dire que lorsqu’il y a un match G2 contre TSM, peu importe que l’on soit français, anglais, allemand, polonais, espagnol on aura tous le même point commun, on voudra que l’équipe européenne gagne. Cela veut dire que LoL arrive à créer un sentiment d’identité européenne, on se sent européen, peut-être même parfois au-delà de se sentir français.

Politiquement parlant ce sentiment d’identité européenne est assez important, en effet certains partis politiques ont tendance à rejeter l’européanisation de la France (FI, FN) tandis que d’autres  sont plus enclins à la développer (LREM, LR). L’enjeu est donc maintenant de savoir si l’esport peut influencer les électeurs à par exemple se sentir plus européens et ainsi d’avantage se tourner vers les partis promulguant une ouverture européenne. Pour le moment ce n’est pas du tout certain, ou en tout cas c’est un phénomène de faible ampleur, mais comme je l’ai dit plus tôt l’esport est voué à se développer et il sera intéressant de voir si dans le futur des partis politiques (notamment ceux au pouvoir) vont essayer de jouer sur cet aspect d’identité européenne assez présent dans l’esport afin de le développer d’avantage et de voir comment ils comptent s’y prendre si c’est le cas.

Nous ne sommes qu’aux prémices de l’esport en France, les enjeux aussi bien politiques qu’économiques ne sont pas encore très importants à l’heure actuelle mais ils pourraient bien se révéler plus importants dans les années à venir. Il sera dès lors assez intéressant d’observer la lutte des partis et les méthodes que chacun va employer pour tirer son épingle du jeu.

7 commentaires
Drashvroff le 22/07/2017 à 23:2822 Jul 2017 à 23h28#1
Faudra demander aux députés LREM si ils tirent plus d'EGirl maintenant qu'ils sont dans l'Esport.

Sachons poser les vrais questions.
SwAY le 22/07/2017 à 23:3322 Jul 2017 à 23h33#2
Ce que tu dis dans la deuxième partie est très intéressant. J'avais déjà remarqué ça à mon époque (CS 1.6). Lorsqu'il y avait des matchs d'exhibition EU vs NA, on était tous derrière la team EU, même s'il n'y avait jamais de français dedans. Une des causes était que les compétitions/entraînements online étaient limités au continents, à cause du ping, ce qui cloisonnait pas mal les régions du monde et faisait naître ce sentiment d’appartenance, mais je pense qu'il n'y avait pas que ça et qu'il y avait vraiment un aspect identité européenne aussi. Le fait que les jeunes votent à 50% anti-europe est assez troublant du coup..

Flying Cobra le 23/07/2017 à 00:1023 Jul 2017 à 00h10#3 Edité par Flying Cobra le 23/07/2017 à 00:16
En réponse a #2Ca ma parait effectivement assez évident que l'esport, vu sa structure régionale à l'heure actuelle développe une certaine identité Européenne. Après je ne pense pas que les politiques aient perçu cela. Je pense qu'il se sont arrêtés à la première partie (gain électoral) pour l'instant. Je me pose juste deux questions : qu'est ce que la mare "esport" dans l'océan "mondialisation" ? Et du coup y a t'il vraiment un impact esport ?
On m'a parlé récemment d'une étude qui montre qu'un jeune de 20ans a plus de culture en commun avec un autre jeune à l'autre bout du monde qu'avec les anciens de son pays . Alors j'ai pas vu le détail mais quand on pense à tous les mêmes qui parcourent l'internet et qui sont pour nous de vrai références quand nos parents ( pour la plupart ) n'en soupçonne pas l'existence, on peut penser que l'étude est pas totalement fausse. Du coup j'ai personnellement l'impression qu'on se crée surtout une identité "Humaine (des gens qui ont internet)" plus qu'une identité Européenne.

Finalement sur l'Europe, ça pourrait probablement discréditer les nationalistes (qui sont donc fondamentalement contre l'UE (!pas l'Europe)). Mais ça ne devrait pas influer sur ceux qui veulent une europe différente. Ce n'est probablement pas le lieu pour parler politique pure ( sans le lier à l'esport ) mais Il ne faut pas oublier que l'UE s'est avant tout construite sur une coopération économique avec comme grande idée le marché unique. Dans un monde où les enjeux écologiques prennent de plus en plus de place, pour faire des économies de transport et donc de pollution, on pourrait très bien envisager une europe sans ce marché unique (où par exemple tu payes une taxe en fonction de la distance production/achat). Donc pour toutes ces formations politiques qui militent seulement pour une Europe différente (voir très différente) de l'UE actuelle, je ne suis pas sur qu'un fort sentiment européen joue en défaveur de ces partis. Personnellement je me sens européeen sans me reconnaitre dans l'UE et je ne pense pas que ce soit contradictoire.

Voila pour ma réponse au blog et à #2
Skeel le 23/07/2017 à 01:0223 Jul 2017 à 01h02#4
En réponse a #3Je pense pas qu'il y ai encore un véritable impact esport en France, le phénomène a pas encore une ampleur suffisante, en tout cas pas auprès des vieilles générations et donc celles qui gouvernent, donc ça ne doit pas être dans les préoccupations des hommes politiques.
J'étais pas du tout au courant pour cette étude mais elle me paraît logique, c'est vrai qu'à l'heure d'internet t'as plein de meme universels. Après paradoxalement internet peut aussi être un endroit assez sectaire je trouve, en France t'as le 18-25 ans de jvc qui est comme ça, je trouve que les mecs là bas s'identifient vraiment comme un groupe ultra soudé, ils ont un vocabulaire qui leur est vraiment propre (même parmi les jeunes) et ils sont prêts à suivre n'importe qui s'ils pensent qu'il va se passer des choses qui vont les sortir de l'ordinaire. Du coup à contrario dans les endroits comme ça les gens ont tendance à rejeter ceux qui n'appartiennent pas à leur groupe et à les dénigrer, ce qui peut expliquer en parti leur vote à l'extrême. Après il faut savoir si les groupes un peu sectaires comme jvc sont des phénomènes marginaux ou pas, perso j'en sais rien, je pense que c'est quelque chose d'assez dur à mesurer.

Merci d'avoir précisé que par Europe j'entends UE quand je parle des extrêmes (dans ma tête ça paraissait évident mais j'imagine que ça peut porter à confusion) . Pour le sentiment européen je suis d'accord avec toi, c'est assez difficile de prévoir en fait l'impact réel que cela peut avoir, notamment parce que les gens vont faire tout d'abord des considérations économiques et écologiques pour faire leur choix comme tu l'as dit, même s'ils se sentent européens.
asb le 23/07/2017 à 01:0523 Jul 2017 à 01h05#5
Je dirais à peu près aucun, vaut mieux être du côté d'un propriétaire de grand média que de Yellowstar.

Quant au sentiment Européen ... ça ne reste qu'artificiel pas de quoi y monter une théorie, quand j'étais gamin les mecs supportaient des équipes espagnols avec les achats et tout et tout, ils n'avaient pas le moindre sentiment d'être espagnol pour autant.

On supporte l'Europe parce qu'on ne peut pas soutenir son pays c'est tout, et encore c'est très relatif comme soutien vu qu'on a tendance à chercher le français partout, même sur dota des mecs soutiennent OG limite parce que le coach est FR.

L'exemple con tu sors du MOBA et parle du FPS le sentiment fr est d'un coup plus fort, fin ça reste du sport pas la peine de se prendre la tête, en réalité le mieux que tu puisses faire avec le sport à la limite c'est rendre ton pays content quelques jours si vous gagnez avec votre sport national ou alors exporter ta culture.

à vôtre avis le pen serait passé si elle avait soutenu le foot ?
Skeel le 23/07/2017 à 10:5523 Jul 2017 à 10h55#6
En réponse a #5Ton comm est intéressant, concernant les gamins qui achètent des maillots de clubs étrangers c'est vrai qu'ils doivent pas se sentir espagnols, anglais etc mais je pense que c'est parce qu'ils se sentent français avant tout du coup ils excluent les sentiments d'appartenance à d'autres nationalité. Sauf circonstances particulières (habiter dans un pays étranger, avoir deux parents d'origine étrangère...) je pense qu'il est difficile d'avoir un sentiment d'appartenance à deux nationalités en même temps.

On supporte l'Europe parce qu'on ne peut pas soutenir son pays, oui c'est exactement ça sauf que cette dimension est présente pour tous les sports à une moindre échelle. Par exemple disons qu'au foot tu supportes Montpellier en ligue 1 s'ils n'arrivent pas à se qualifier en ligue des champions tu supporteras les équipes françaises. C'est-à-dire que tu passes d'une dimension où tu soutenais ta ville à celle où tu soutiens ton pays, dans l'esport européen c'est pareil à une plus grande échelle. Disons qu'en LCS tu soutiens une équipe avec des FR dedans (Vitality par ex) s'ils se qualifient pas aux worlds tu soutiendras les équipes européennes (avec des FR de préférence, sinon tant pis). Forcément on a tendance à chercher le FR dans les équipes parce que ça nous est familier, après je trouve que dans l'esport on arrive quand même assez bien à s'en détacher (y'a qu'à voir le fanboïsme Fnatic même en 2016 quand y'avait pu de français).

La différence avec la scène FPS c'est que c'est un type de jeu qui est plus familier en France que le MOBA donc il y a suffisamment de bons joueurs pour faire des équipes FR de niveau solide à l'inter, à partir du moment où t'as assez de bons joueurs pour former ta propre équipe dans ton pays tu vas créer un sentiment national fort. Ton exemple avec les FPS soulève une question intéressante: est ce que par la suite quand la scène MOBA sera très développée en France on aura toujours ces équipes mixtes européennes ou bien les joueurs se réuniront-ils dans des équipes nationales?

Pour ton dernier point je pense que tu sous-estimes la capacité des gens à voter pour quelqu'un pour des raisons qu'on pourrait qualifier d'"étranges" au 1er abord x). Lorsqu'un politique dit qu'il aime et qu'il soutient quelque chose faut toujours se dire que ça lui fait perdre/gagner des voix dans une certaine proportion, par exemple si je dis que j'aime le PSG ptet que ça va faire voter certains supporters du PSG pour moi mais à contrario certains supporters de l'OM qui étaient prêts à voter pour moi vont se rétracter parce que j'ai dit que j'aimais le PSG.

L'image publique des politiques est assez importante pour une grande partie des français, je dis pas que dire qu'on aime le foot, qu'on aime l'esport ou qu'on soutient le 18-25 a une influence majeure sur les votes mais ça en a une, même pour 0.25% ou 0.5%, et en politique chaque voix est importante.
TZigZag le 18/09/2017 à 21:3718 Sep 2017 à 21h37#7
sympa l'article, trés intéressant.
Suivez nous
- HAUT DE PAGE